AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les pauses-déjeuners, ça nous va bien // Ft Ren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité


IDENTITY CARD




1:07 pm, Logis de Saeko, NonHyeon-Dong, Séoul, Corée du Sud.
Quelle sale nuit ! Une odeur d'égoût pouvait encore se sentir sur les vêtements que la jeune femme, encore endormie sur son canapé, avait jetés quelques heures auparavant. Revenant d'une chasse sauvage aux Possédés, la quête n'avait rien donné sauf des fringues mouillées et puantes ! Quel triste désespoir pour Saeko qui s'était endormie rapidement, épuisée par la longue marche. Elle respirait longuement et grossièrement, sûrement dû à la fatigue accumulée ces derniers jours entre la distribution de tracts, les services et les insomnies. Ce fût seulement à cette heure-ci que ses yeux voulurent bien s'ouvrir avec un peu de mal, il fallait l'avouer, mais après plusieurs cliqueris de ses paupières elle releva les yeux vers la pendule qui annonçait une heure un peu trop tardive à son goût.

« - MERDE ! » s'écria-t-elle, remarquant alors qu'elle était en retard pour partir travailler.

Rapidement, elle quitta son doux canapé pour se diriger vers la salle d'eau afin de prendre une douche en quelques secondes, arranger ses cheveux, mettre de la crème anti-cerne, un peu de fond de teint, du mascara et le tour devrait passer inaperçu auprès de ses collègues et des clients. Elle espérait simplement que ce n'était pas le jour que son patron, le BigBoss comme on l'appelait toujours, avait choisi pour faire son chieur. Après s'être affairée pour faire sa toilette, elle retourna dans la pièce première et, d'un geste vif, balaya de son pied gauche les affaires sales à côté du panier à linge qu'elle mettait toujours près de la machine à laver, qui se trouvait, quant-à-elle, près de l'évier de la mini kitchenette. Elle passa ensuite près de la penderie et, cachée par les portes de l'armoire, elle choisit ses affaires. Un jeans clair, un chemisier de couleur saumon et de belles chaussettes à fleurs pour orner ses pieds, voilà ce que la jeune femme avait attrapé et enfilé. Un bonnet sur la tête en plus et son manteau, sans oublier des chaussures fermées, genre de bottines en cuir assez à la mode et chauffante en plus, et elle fût enfin prête pour un long trajet en bus jusqu'à son lieu de travail. La porte fermée, elle se hissa dans l'ascenseur qui manqua de se refermer sous son nez. Elle sourit sobrement à son voisin, voisin qui d'ailleurs était assez connu pour être un homme assez tape-à-l'oeil. Un beau mec quoi. Sauf que Saeko dirait plutôt ''tape-à-l'oreille'' dans son cas puisque, les seules fois où elle ressentait un vrai besoin de dormir la nuit, et qu'elle n'avait pas comme idée de partir à l'aventure, ce jeune trentenaire n'avait d'autres préoccupations que d'amener une fille chez lui pour assouvir ses pensées bestiales de mâle. Rien que de penser à ça, Saeko frissonna, et non positivement.

2:09pm, Art'&Drink, CheongDam-Dong, Séoul, Corée du Sud.
La porte de derrière étant ouverte, la jeune femme poussa la poignée vers l'intérieur et s'assura que personne n'était présent dans la pièce qu'elle utilisait avec l'un de ses collègues pour ''manger'' à l'heure de la pause. Elle se situait derrière la petite cuisine réservée aux employés qui était, elle, reliée à la salle des casiers. Une fois qu'elle s'était discrètement visionnée une voie libre, Saeko rejoignit cette pièce et alla rapidement devant son compartiment pour s'habiller. Comme toujours, elle scrutait la pièce afin de se rassurer que des yeux de voyeurs n'allaient pas la regarder et, une fois en sécurité d'un œil vilain, elle commença à se déshabiller. Manteau, pull tombèrent à terre pour laisser place au T-shirt du café où elle était serveuse à mi-temps, le nom Art'&Drink brodé en rouge cerise. Au-dessus de son jeans vint alors se faufiler un tablier en dentelles pour les filles aux couleurs de la bannière. Elle n'oublia pas non plus de prendre le petit clip qu'elle fixa sur sa poitrine du côté gauche où il était inscrit son prénom ainsi que sa fonction. Elle n'a jamais su d'ailleurs à quoi cela servait, mais il était impératif pour le BigBoss que les employés le portent. Elle prit quand même le temps de se recoiffer une fois le bonnet lancer dans son casier d'une queue de cheval tenue par un élastique qu'elle portait toujours à son poignet, puis elle prit les habits qu'elle avait laissé à terre et les fourra n'importe comment près de son bonnet avant de refermer, à clef, le compartiment qui lui était dédié. C'est avec rapidité qu'elle entra par la suite dans la salle remplie de monde où elle fit comme si rien ne s'était passé, comme si tout était normal. Elle sourit même à ses collègues et fit un petit signe de mains à son collègue favori avant de faire un signe de tête comme pour signaler qu'il fallait qu'elle y aille à son tour. Elle prit alors sa première commande de l'après-midi, ou tout du moins, de son service. Et ce fût parti comme ça, jusqu'à 3:30pm, heure de la pause.

3:36pm, Art'&Drink, CheongDam-Dong, Séoul, Corée du Sud.
Saeko prit une dernière commande, attendit que le cappucino frappé fût prêt à être envoyé en salle et l'apporta avant de prendre enfin sa pause. Elle signala son départ dans la mini cuisine équipée d'un signe de tête à la jeune cuisinière qui faisait, à ce moment-là, des petits cakes sucrés au chocolat et à la meringue pour prévenir des nouveaux clients qui n'allaient pas tarder à arriver : ceux de la fac. La jeune femme trottina alors vers la marchandise déjà faite et s'exclama sous l'oeil ébahi de la pâtissière :

« - Désolée, ceux-là sont pour nous ! »

Elle rit à cœur joie et se lança alors à la recherche de son collègue préféré donc trimballant les muffins aux pépites de chocolat et cerises qu'elle avait ''volé'', entre guillemets, au café. Bien sûr, les employés, lors de leur pause goûter, avaient le droit de se servir tant qu'ils n'abusaient pas non plus et ne gaspillaient pas. C'est alors dans la pièce derrière la cuisinette équipée des employés que Saeko retrouver Ren. Il était à fond sur son téléphone à faire elle ne sait quoi encore. Jouer ? Elle n'était pas certaine que ce jeune homme était un geek. Peut-être l'attendait-il ? Quoi qu'il en soit, elle posa discrètement les muffins sur la table basse. Aidée par la télévision qui résonnait dans la pièce, elle n'avait pas été encore aperçue par Ren et elle s'approcha pour mettre ses mains sur les yeux de ce dernier afin de les lui couvrir et d'une voix changée en voix plus grave, elle dit :

« - Qui c'est ? »

Evidemment, elle savait pertinement que le jeune homme allait deviner que ça allait être elle et elle rit en enlevant ses mains. Elle s'assit alors à son tour sur le canapé où Ren était assis depuis quelques minutes déjà, sûrement, après en avoir fait le tour.

« - J'espère que tu aimes les muffins, parce que je n'ai réussi à piquer que ça à la fille là. Si tu savais combien elle me passe par les trous de nez à toujours vouloir qu'on apporte notre goûter alors que le BigBoss est d'accord pour qu'on se serve » dit-elle en attrapant un des muffins puis mettant son dos contre le dossier du canapé, elle tourna la tête vers son camarade de labeur et ajouta :

« - Je peux savoir ce qui prend toute ton attention sur ton téléphone ? » puis elle pencha sa tête vers le téléphone de son collègue pour voir ce qu'il faisait, sans pudeur.

Elle croqua par la suite dans le muffin qu'elle avait déjà pris au préalable et exprima naturellement son penchant pour les choses sucrés dans un gémissement presque jouissif, limite proche du pornographique, mais ça, bien sûr, c'était simplement pour exagérer à quel point elle trouvait la pâtisserie bien bonne.

« - Malgré qu'elle me passe par les trous de nez, je trouve qu'elle sait faire les gâteaux contrairement au boulanger qui habite pas loin de chez moi ! » avoua-t-elle alors.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Ren n'était pas réellement de bonne humeur ce jour-là. Il avait fait moche pendant toute la semaine et il ne savait pas où donner de la tête avec son boulot et son appartement qui lui causaient bien du souci. Un problème de plomberie, un problème de zombie. Cela rimait, mais ne donnait clairement pas envie de plaisanter au nippon qui était de plus en plus agacé à mesure que les minutes passaient, que les heures s'écoulaient. Il s'était encore battu récemment, il en avait gardé quelques traces, mais rien de permanent, ce qui le rassurait un peu. Il savait qu'il finirait bien par avoir un problème plus grave, un de ces jours, mais il était relativement prudent afin d'éviter le pire. En général, il s'attaquait aux zombies qui se trouvaient seuls, isolés, aux personnes qui lui en voulaient ou à ceux qui lui cherchaient des noises au mauvais moment.

Le dernier que Ren avait ajouté à sa liste n'était autre que le très cher ex petit ami de Nah Ra, sa voisine. Rien de particulier, si ce n'était qu'il avait compris qu'il l'a frappait, une chose qu'il ne pouvait admettre, et il avait d'ailleurs fait comprendre à cet abruti qu'on ne s'en prenait pas impunément à une femme, aussi désagréable et exigeante soit-elle. Quand il l'avait mis K.O., c'était avec un certain réconfort car il n'aurait pas été tranquille s'il n'était pas allé jusqu'au bout, s'il n'avait pas rendu ce gars incapable de nuire pendant quelques minutes au moins. Il avait d'ailleurs été relativement soulagé de constater que cet idiot n'était plus présent au milieu du couloir lorsqu'il était sorti quelques heures plus tard.

Mais ce n'était pas le principal. Le principal de sa journée était qu'il était énervé à cause de la recrudescence des zombies. Il était énervé, réellement, et il avait eu beaucoup de mal à garder son calme lors de sa journée de travail. Son trop plein d'impulsivité, il l'avait réprimé en souriant faussement aux clients, en affichant cette figure commerciale qui allait lui permettre de vendre, de rendre les gens satisfaits de leurs commandes et du service qu'il fournissait. Pourtant, au fond de lui, il leur souhaitait à tous, ou presque, d'aller se faire voir. À un moment, le jeune homme s'était même énervé légèrement sur une femme qui exigeait une chose qu'elle n'avait pourtant pas commandée. Résultat ? La cliente était partie et il avait du la dédommager avant son départ. Typiquement le genre de chose qu'il ne pouvait pas se permettre avec son salaire.

Il ne fallait pas se leurrer, Ren ne roulait pas sur l'or. En fait, il ne roulait même pas du tout car il n'avait pas les moyens de se payer une voiture convenable. Pourtant, il avait fait des efforts pour passer son permis, mais il avait quitté la maison familiale peu de temps plus tard et n'avait pas réussi à économiser suffisamment d'argent pour payer un véhicule. D'un autre côté, il se faisait bien aux transports en commun et il appréciait y passer du temps, même si certaines personnes pouvaient se montrer réellement désagréables, comme cette fois où il s'était retrouvé assis aux côtés d'une zombie. Il l'avait trouvée dégoûtante, réellement, mais il n'avait rien pu dire car il aurait été jeté hors du bus et il avait besoin de rentrer chez lui. Comme quoi être lui n'était pas facile tous les jours, mais il aimait bien la vie qu'il menait désormais ; il avait trouvé une raison de vivre et il allait s'y tenir jusqu'à la fin, qu'il ait des problèmes ou pas.

Dans tous les cas, la journée avait été aussi pourrie que le reste de la semaine du japonais. Malheureusement, il n'avait pas eu le choix et avait du continuer sur un rythme soutenu jusqu'à l'arrivée du saint moment de sa pause. Cet instant, il l'avait attendu toute la journée et il était bien disposé à en profiter. C'est pour cette raison qu'il se rendit sans attendre dans la salle du personnel au moment où il décida de la prendre. Il sortit son téléphone, vérifia ses messages et ses e-mails à l'aide de la connexion du café et, une fois cela fait, il chercha une application afin de s'occuper. Cela, c'était sans compter les mains qui vinrent se poser sur ses yeux et la voix qui se fit entendre par la suite.

« Hm... » Fit-il d'un ton faussement pensif avant de rire un peu. «  Saeko ? »

Mais sa collègue avait déjà enlevé ses mains de leur emplacement, lui rendant la vue, et désormais elle s'asseyait auprès de lui. Ren posa son regard sur son amie en souriant un peu en entendant son commentaire.

«  Oh, t'es rude quand même, elle fait que son boulot. Elle est payée pour être rabat-joie tu sais, ça demande de longues études ! » Dit-il en riant.

Il était vrai que la fille en question avait toujours été une terrible casse-pied. Peut-être même plus que Nah Ra ! Pourtant, Ren avait toujours réussi à garder son calme face à ses remontrances parfois acerbes et au ton supérieur qu'elle adorait employer lorsqu'elle s'adressait à eux alors qu'ils étaient en service. La question de mon amie me fait un peu sourire alors que je pose mon téléphone sur la table basse qui meuble la petite pièce.

«  Des choses pas intéressantes. » Dit-il en riant un peu. «  Je cherchais une application pour m'occuper, en fait. »

Le serveur se servit ensuite afin de pouvoir profiter des muffins, lui aussi. Il sourit un peu en croquant dans la pâtisserie et laissa un petit sourire se dessiner sur son visage. Il hocha ensuite légèrement la tête quand son amie lui fit un commentaire sur la nourriture. Il adhérait totalement à son opinion pour le coup ! D'ailleurs, il mordit une nouvelle fois dans la sucrerie et, quand il eut avalé sa bouchée, il reprit la parole.

«  C'est moi où les gens sont particulièrement désagréables aujourd'hui ? » Demanda-t-il en parlant bien évidemment des clients du café. «  J'ai l'impression qu'ils n'ont plus aucune patience. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD




Une application ? C'était donc cela qu'il fouillait dans son téléphone depuis tout à l'heure ? Saeko fût légèrement déçue et elle ne tarda pas à le montrer d'une petite moue, elle qui pensait pouvoir l'embêter avec des rumeurs, être taquine comme à son habitude. C'était tout simplement raté. Elle croqua alors de nouveau dans la pâtisserie en regardant en face d'elle la télévision qui était restée bloquée sur les nouvelles. Elle attrapa la télécommande en se penchant en avant et appuya sur le bouton de la chaîne musical. Ce qui lui redonna le sourire d'ailleurs. Entendre qu'untel avait trouvé la mort d'une façon étrange ou en allant se promener dans la zone Z ce n'était pas réellement son kiff en ce moment. Puis vint alors la question de Ren et là, la jeune femme fût surprise de la question, si bien qu'elle arrêta sa bouche avant même que ses lèvres ne touchent le muffin et détourna son regard de la télévision pour le poser sur le visage du jeune homme à ses côtés. Désagréables ? Elle fit mine de réfléchir en levant les yeux au plafond et continua d'écouter Ren. D'accord, il se plaignait alors des clients.

« - La patience n'est pas innée chez tout le monde en même temps et puis la plupart sont pressés.T'as oublié que nous étions en plein mois d'examen ? Les étudiants de l'université d'à côté viennent ici … Normal qu'après un échec sur table tu sois désagréable. »

Elle rit un peu avant de remettre son dos contre le dossier et dévisagea le beau brun avant de reprendre la parole.

« - Ca ne serait pas toi qui aurais décidé d'être désagréable aujourd'hui plutôt ? Tu me sembles un peu irrité, non ? » demanda-t-elle pour confirmation.

Apparemment, elle avait touché le poteau avant de marquer un but. Elle sourit un peu et poser le muffin qu'elle avait entamé sur le carton et tourna son corps légèrement vers son collègue, et ami, le coude sur le dos du canapé, sa tête posée dans sa main et, montrant alors qu'elle était totalement à son écoute, ses lèvres se mirent à bouger pour ajouter une petite question.

« - Qu'est-ce qui a gâché ton week-end encore ? »

Encore... Bon, elle avait exagéré sur le ''encore''. Il n'avait pas vraiment les mêmes symptômes menstruels d'une femme ayant ses règles. Pas comme la pâtissière qui leur prenait toujours la tête pour un oui, pour un non. Mais ça faisait déjà quelques temps que Saeko avait remarqué que Ren était à bout et elle n'en savait pas la raison. Alors que Ren se mit à parler pour lui raconter ou simplement rejeter l'opportunité qu'il avait de se livrer à son amie, la jeune femme l'écouta et proposa par la suite une sortie.

« - Si tu as besoin de décompresser en tout cas, je suis là. Et tu sais très bien que tu peux m'appeler à tous moments. Je ne pourrais pas te suivre si tu bois de l'alcool mais je pourrais au moins être présente! »

Oui, Saeko buvait rarement de l'alcool. Elle ne tenait pas très bien et un verre suffisait amplement à la jeune femme pour faire la fiesta toute la nuit sans coupures, sans timidité. Elle était plus ouverte un verre dans le pif, mais plusieurs, elle dormirait sûrement par terre les pieds à la place des mains dans une position louche. Enfin, c'est ce qu'elle en avait conclu de ses expériences passées. Elle sourit à son ami avant que la télévision ne sorte un son qu'elle reconnût. Elle tourna la tête vers l'appareil grand écran positionné contre le mur et sa bonne humeur naturelle se fit voir sur son visage.

« - Ca ! C'est ma chanson ! » s'écria-t-elle de joie, les mains venant sur sa bouche, poings fermés comme si elle venait de voir son idol passé dans la pièce.

Elle se leva alors et commença à faire quelques pas imitant un micro invisible positionné dans sa main et fredonnant les paroles bêtement mais avec un sans faute. Elle se tourna alors vers Ren et le pointa du doigt, se croyant vraiment à ''La Nouvelle Star''. Ses gestes et ses mimiques faisaient vraiment penser qu'elle était sur la scène avec des milliers de personnes en tant que spectateurs alors qu'il n'y avait que Ren qui devait bien se fendre la poire. Elle s'arrêta d'ailleurs à un moment et l'invita à la rejoindre.

« - Allez ! Bouge-toi un peu, ça détend de remuer le popotin! »

« - On peut dire que ça vous réussi plutôt bien Mademoiselle BAUER. » dit une voix grave et masculine dans son dos.

Saeko fit une légère grimace qui ne pouvait être vue que par Ren et elle fronça les sourcils avant de sourire de nouveau pour faire face à l'homme qui venait de la prendre en flagrant délit sur une chanson des plus ridicules.

« - Patron ! Je pensais que vous êtiez en voyage chez votre belle famille dans le Nord de Séoul. »

Génial, elle faisait encore une bourde. Dire ceci équivalait à insinuer qu'elle ne faisait rien quand son patron avait le dos tourné, alors qu'elle s'en mettait à cœur joie pour rendre ses clients heureux d'avoir choisi le Art'&Drink pour une petite pause sympathique et bien méritée. Saeko était vraiment maladroite autant dans ses paroles que dans ses actes et les personnes les plus proches d'elle étaient au courant... Par contre, son patron... Ce dernier fit une drôle de moue et, si elle avait été seule, il aurait sûrement pensé directement à la licencier. La demoiselle resta devant le Boss tel un petit chiot qui venait de se faire gronder pour avoir pissé sur le tapis du salon. Elle joignit ses bras devant elle, empoignant de ses mains ses coudes, son corps légèrement recroquevillé alors que la chanson qu'elle appréciait tant continuait de jouer ses notes. Le patron n'ajouta rien et regarda l'horloge avant de taper sur son poignet comme s'il avait une montre et avança aux jeunes employés qu'il ne leur restait plus qu'une demie heure de pause avant les cinq heures de travail d'affilées. Saeko baissa alors la tête dans un salut vers son supérieur par respect, préférant rester muette plutôt que de lancer une phrase qui ne plairait pas à son patron, et, une fois la porte refermée derrière lui, elle se releva et soupira. Elle avait eu chaud. D'ailleurs, elle recula pour se retrouver de nouveau dans le canapé où elle prit une pose de morte-vivante.

« - BigBoss n'a vraiment pas l'air d'être un type drôle, à chaque fois que je le vois il est toujours en rogne. J'imagine pas combien sa femme doit s'ennuyer avec lui tellement il a l'air hautain ! »

Elle tourna la tête vers Ren et vint jusqu'à lui déposer un bisou du bout de ses lèvres douces et légèrement pulpeuses, colorées d'un vieux rose mate qui rendaient sa bouche lumineuses, sur sa joue droite. Une fois reculée, elle sourit grandement. C'était simplement un geste amical. Et puis étant née en Europe, elle n'avait pas la timidité et fragilité que pouvaient avoir les asiatiques habituellement. Malgré tout, Ren devait sans douter.

« - On aurait sûrement vécu notre dernière journée de boulot ensemble s'il se serait attardé sur mon sort, heureusement qu'il a d'autres chats à fouetter. »

Elle plissa les yeux de contentement car il est vrai que son boulot, elle l'adorait. Mais également la plupart des personnes se trouvant employées dans l'enseigne du fast food étaient des gens adorables pour qui il était facile d'avoir une grande affection et lier une amitié forte et sincère.

« - Imagine s'il aurait découvert que j'avais loupé l'heure de mon réveil et que j'étais arrivée en retard au boulot tout à l'heure... »

Elle imagina alors la scène. Le BigBoss entrant en même temps qu'elle dans le café, ils se seraient croisés nez à nez, elle n'ayant pas encore sur le dos les habits, lui avec son air supérieur et sérieux. Des cafés auraient voltigés sans parler des plateaux qui se seraient renversés sur le passage du patron. Rien que d'y penser, un petit frisson la parcoura et elle se plaint d'une petite voix tremblante et sanglottante dans un ''ah, pourquoi suis-je comme ça de nature, pourquoi ? ''.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Saeko avait raison. L'espace d'un instant, ou plutôt d'une plainte, Ren avait oublié qu'ils étaient en plein milieu de la période d'examen des étudiants. Il avait hoché la tête en affichant une moue boudeuse, mais il avait légèrement ri lorsqu'elle avait évoqué la mauvaise humeur que créait un échec. Ouh, c'était petit, ça, mais d'un autre côté elle avait raison ; certains pouvaient être rapidement sur les nerfs à cause de leurs examens et c'était généralement une cause de mauvaise humeur, cette incroyable irritabilité.

Malheureusement pour lui, la demoiselle semblait trop bien le connaître et, lorsqu'elle lui demanda ce qui avait gâché son week-end, il avait rit un peu avant de se décider à répondre.

« Les mêmes « choses » que d'habitude. » Dit-il d'un ton légèrement agacé.

Toujours les zombies... Il poussa un profond soupir à cette pensée, mais il se détendit légèrement quand il entendit le commentaire de son amie.

«  T'en fais pas, je le sais depuis le temps, mais je bois pas. »

Il buvait parfois, occasionnellement, quand sa fiancée était encore là, mais il avait fait une croix sur toutes les  « mauvaises choses » depuis qu'elle était partie. Après tout, s'il détruisait sa santé, qui serait là pour prendre la relève ? Il n'était certes pas le seul à combattre les zombies dans cette ville, mais il n'avait pas envie d'être celui qui manquerait à l'appel lorsque les habitants se rendraient compte qu'ils avaient réellement besoin d'eux.

Un sourire s'étira sur le visage du serveur lorsqu'il vit son amie se lever et commencer à chanter en air micro. C'était... Terriblement drôle. Il ne put s'empêcher de la regarder d'un air amusé quelques secondes durant et, quand il vit le patron entrer dans la pièce, il dut se retenir de le lui dire. Il se contenta de sourire bêtement en pinçant les lèvres pour ne pas exploser de rire suite à sa remarque, il ne devait pas rire de son patron, mais l'envie de rire de la situation était tellement forte !

Ren hocha vaguement la tête quand leur patron leur fit signe qu'il allait falloir retourner travailler d'ici une demi-heure et, quand son amie vint le rejoindre dans le canapé, il ne put s'empêcher de sourire.

«  J'crois qu'il s'attendait pas à te voir danser au milieu de la salle de pause. » Dit-il en riant un peu alors que Saeko venait déposer un bisou sur sa joue.

Depuis le temps, il avait du s'habituer au comportement de son amie qui n'avait rien à voir avec celui d'autres asiatiques. Elle avait été éduquée différemment, sans doute, c'était tout ce qu'il s'était dit lorsqu'il avait remarqué qu'elle semblait avoir le contact plus facile. Le commentaire suivant de la jeune femme lui arracha un petit rire.

«  Mah. Au pire j'aurais démissionné et on aurait postulé ailleurs ensemble. » Dit-il en riant un peu.

S'il l'aurait réellement fait ? Non. Ren était peut-être un bon ami, mais il savait également qu'il n'avait pas de temps à perdre avec une recherche d'emploi ; il n'avait pas assez d'argent pour se permettre une période d'oisiveté, sans compter qu'il n'était pas forcément sûr d'obtenir un travail ailleurs en même temps que son amie.

«  Puis je pense pas qu'il te virerait pour avoir chanté à tue-tête pendant ta pause. » Dit-il avant d'entendre ce qu'elle ajouta ensuite. «  Ah, ça par contre, j'avoue que ça aurait pu peser dans la balance. »

Il arrivait bien à imaginer leur patron pénétrant dans le café telle une furie afin de venir remonter les bretelles de sa collègue. Son côté sadique avait fait naître un sourire sur son visage à cette idée, mais il ne souhaitait pas réellement une telle chose à son amie ; c'était simplement la situation qui était amusante.

«  Tu veux que je t'appelle la prochaine fois, histoire de vérifier que tu es bien réveillée à l'heure ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD




Saeko repensa soudainement à ce qu'avait dit son collègue peu de temps avant que le BigBoss vienne plomber l'ambiance. Les Zombis... C'est vrai que Ren n'aimait pas vraiment ces monstres, d'ailleurs c'était bien leur point commun et le pourquoi ils s'étaient si bien entendus dès l'arrivée de la jeune femme dans le café en tant que nouvelle employée. Elle avait vaguement expliquer à Ren ce qui s'était passé à l'hôpital et comment ses parents étaient morts, en ommettant bien évidemment de dire qu'elle s'était enfuie de la pièce en les laissant se faire avaler. S'il savait tout ça...Oserait-il vraiment être son ami ? Surtout qu'elle était beaucoup plus jeune qu'elle ne le prétendait réellement. Dix-neuf ans, ça passe pour se faufiler seule dans la ville et vivre indépendemment d'une famille, mais seize ans … ? Bref, le jeune homme la sortit de ses pensées en évoquant un coup de fil pour qu'elle ne soit plus en retard et elle arrêta de penser pour tourner la tête vers son collègue.

« Est-ce que tu serais entrain d'insinuer que je ne peux pas me débrouiller sans toi ? »

Elle haussa son sourcil droit en attendant la réponse de son ami puis rit en secouant la tête. Bon, c'est vrai qu'elle aurait peut-être besoin d'un coup de pouce de ce côté là, mais de là à demander une nounou pour la réveiller comme le ferait une maman, ça non ! C'est bien pour ça qu'elle se jeta sur Ren pour trouver les points sensibles aux chatouilles tout en disant alors :

« Tiens, ça c'est parce que tu me traites encore comme une gamine ! Ahah ! »

Oui, parfois elle aimait s'amuser comme une enfant, ce qu'elle était encore puisqu'elle avait perdu ses parents bien assez tôt pour ne pas avoir d'affection jusqu'au bout de son adolescence ni de points de repères. De plus, elle allait avoir une petite sœur avec laquelle s'amuser, ayant toujours été enfant gâtée. Mais les choses avaient été toutes autres. Elle n'avait rien pu faire pour le bébé qui pleurait dans les bras de sa mère lors de l'attaque d'un Possédé dans la chambre de l'hôpital. Sa sœur avait eu le droit de vivre pendant quelques heures à peine. Seulement quelques heures … D'ailleurs, elle l'avait retrouvé lors d'une ''promenade'' dans l'ancien hôpital maintenant abandonné. La chambre était couverte de sang et le bébé gisait sur le sol à moitié avalé par elle ne sait combien de rapaces affamés. Elle s'arrêta un moment donné et se remit à sa place, à moitié décoiffée.

« Tu payes rien pour attendre ! Moi aussi un jour je te lancerai des piques comme tu me le fais sans cesse ! »

Elle profita de parler pour lâcher ses cheveux du ruban et de l'élastique afin de le refaire. Il ne manquerait plus qu'elle soit négligée au niveau de sa coiffure pour que le patron lui fasse encore une remarque et la congédie à la maison.

« Tiens, tu voudrais pas un café ? Je vais en chercher un pour moi, parce que c'est bien beau de manger des muffins mais ça donne soif ! »

Ren accepta ou n'accepta pas. Peu importe, elle se leva et se dirigea dans la petite cuisine en passant par la porte qui permettait de communiquer avec les deux pièces. Une machine à café était installée et Saeko fouilla dans ses poches pour trouver quelques pièces, elle appuya sur les boutons nécessaires suivant le nombre de café sucré ou non sucré qu'elle devait acheter et attendit sagement que la préparation fût terminée. En attendant, elle fit le tour de la pièce pour voir si il n'y avait pas des gâteaux ou une bouteille d'eau qui trainait. Heureusement, la machine ne mit pas longtemps à sonner la fin et elle attrapa le ou les cafés avant de pousser la porte de sa hanche, revenant alors près de Ren.

« Ah, un bon café pour être en forme les cinq prochaines heures. »

Elle souffla sur la fumée que le café expédiait au-dessus du verre en plastique avant de boire une gorgée et de se plaindre parce que sa langue venait d'être brulée par le liquide caféiné. Elle ferma les yeux, ceux-ci sur le point de laisser couler quelques larmes. Elle secoua la tête et les ré-ouvrit de nouveau en renifflant de son nez, comme si elle pleurait. Sa langue était comme sèchée par la chaleur.

« Oh tiens, tu fais quoi après le boulot ? Tu retournes chez toi et tu ne bouges plus jusqu'à demain ? »

Elle rit un peu. C'est vrai qu'il avait enchaîné pas mal d'heures cette semaine. Comparé à elle, il avait un temps plein il lui semblait et ça ne le dérangeait pas de faire des heures supplémentaires pour s'en sortir tout seul dans la vie. Il était vraiment le collègue sur lequel elle pouvait prendre exemple. Oui, c'est ça, c'était un collègue exemplaire qui, malgré les soucis, malgré la fatigue et le lourd travail qui est demandé lors des affuts de touristes est toujours là, à sourire aux clients et être de bonne humeur. D'ailleurs en pensant tout ça, elle le fixa un moment. C'était un bosseur parfait. Voilà ce qu'elle pensait. Et un ami en or... Même si elle savait très bien que tout ce qu'il avait dit auparavant était faux, quand elle avait besoin de parler, il était là pour l'écouter et lui donnait de bons conseils quand il savait quoi faire. Il ne répondait pas à la légère. Il était mature. Très mature d'ailleurs.

« Et le week-end prochain, tu comptes sortir ? Y'a une fête chez notre collègue, elle fête son célibat, un truc du genre je crois. »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


IDENTITY CARD
Revenir en haut Aller en bas
 

Les pauses-déjeuners, ça nous va bien // Ft Ren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» /!\ La vie nous réserve parfois bien des surprises ... ∞ Willow
» Nous verrons bien ... | Eliott
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CUM SPECTRIS ET MORTE VIVERE :: ✖︎ Every Things Ends Here ✖︎ :: Old Papers :: RPs Finis / Abandonnés-