AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 FT RYÛ || Let's See How Long This Game Will Last

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kyojiro Haruto
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

Ryû & Haruto

Let's See How Long This Game Will Last



La trève était terminée. Il était temps de passer à l'action cette fois. Et pour de bon. Je me devais d'accomplir cette mission. Plus ça va, plus je sens que mon patron sent qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Je n'ai pas envie d'échouer. Rien que d'imaginer cette simple possibilité me faisait serrer des dents. L'échec ne faisait pas partie de mes programmes, et ce depuis bien longtemps. Ce qui me donnait du fil à retordre ? Ma proie. Le Zombie que je devais éliminer. Et pour être encore plus précis, ce satané Ryû. Je ne sais pas vraiment ce qu'il m'a prit de lui donner une telle durée de liberté. Je ne pourrais même pas expliquer pourquoi je n'ai pas réussi à appuyer sur la détente alors qu'il était là devant moi, le canon de mon flingue bien placé entre ses deux yeux. Je ne comprends toujours pas pourquoi je me suis mis à parlementer avec lui, au lieu de tirer. Bordel, d'habitude je ne me pose pas de question, et je ne me prends absolument pas la tête ainsi ! Oui j'étais assez frustré.

En même temps, ça faisait quoi... plus de 20 semaines que je le suivais, l'observais et récoltais tout un tas d'information sur lui. Je connaissais son emploi du temps par coeur. Je savais à quelle heure il se levait, à quelle heure il se couchait, qui l'accompagnait dans son travail et leur planning à eux aussi. Cela allait jusqu'à savoir où il aimait sortir. Autant dire qu'il n'avait plus aucun secret pour moi. Je savais même qu'il aimait s'adonner à de la musique le soir de temps en temps. Je ne sais pas si c'est ça qui m'a impressionné ou pas, mais je l'ai vu jouer et je mentirai sûrement si je disais que je n'ai pas aimé l'entendre et le voir jouer ainsi. Il est doué. C'est un fait. Mais décidément, il doit y avoir un truc qui cloche chez moi pour que je laisse une victime, une proie se balader encore comme ça.

Il était temps que tout ceci s'arrête, et que je lui explose la tête comme me l'a demandé Ryôhei. Si Renji me voyait... il rirait sûrement... Ce soir, la trève et son temps de liberté sont terminés. Il est temps pour lui de faire face à sa destinée et que j'accomplisse enfin mon travail. Je l'attendais à notre point de rendez-vous, un espace tout de même tranquille où je pourrais aussi finir tout ça, dans une ruelle un peu plus loin, à l’abri des regards. En l'attendant, je m'allumais une cigarette. Et le voyant arriver un peu plus loin, je commençais déjà à ressentir de nouveau ce trouble qui me prend à chaque fois que je le vois depuis que je l'observe. Je suis tendu. Je me surprends même à penser que c'est tout de même incroyable qu'il soit un zombie... Parce que ça ne se voit vraiment pas. La tension monte. Ma main dans la poche, l'autre tenant ma cigarette, j'essaie de me détendre en tirant dessus.

Quand il est enfin à ma hauteur, je le fixe un moment, lâchant un peu de fumée.

"C'est bien, t'es à l'heure. Tu sais quel jour on est j'espère. T'as eu le temps de faire tout ce que tu voulais avant de mourir ? Crois-moi y'aura pas d'autres échappatoires comme celle-ci à présent. "

Vraiment ? Je commençais à douter sérieusement de ce que j'allais faire en réalité. Je ne sais pas comment je pourrais expliquer ce qu'il se passait dans ma tête, mais il ne me laissait pas du tout indifférent. J'avais eu beau mettre tourner tout ça dans tous les sens, ce type avait simplement le don de me faire perdre tous mes moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Kanzaki Ryû

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Let's See How Long This Game Will Last
Là où tout finis ...
Le zombie était allongé sur son lit une main derrière la tête, les yeux rivés sur le plafond réfléchissant profondément. Le blond était tellement plongé dans ses pensées que ça lui en donnait presque mal à la tête … Le jeune homme ferma les yeux l’espace d’un instant avant de les rouvrir et les tourner en direction de la fenêtre. De là il voyait la ville avec toutes ses lumières qui commençaient lentement à s’allumer une par une. L’heure était bientôt venus d’accueillir sa sentence à bras ouvert et d’aller serrer la mort dans ses bras une fois de plus … Il espérait au fond de lui que ce ne serait pas encore le moment pour lui de mourir … Il espérait encore vivre un moment si ce n’est pas éternellement … Voilà bientôt 6 mois que cet homme lui avait laisser la vie pour la dernière fois avait-il dit … Un rendez-vous fixer pour lui tirer une balle en pleine tête et que la mort s’en suive … Voilà plus de 20 semaines que le Frat boy lui avait dit jour pour jour qu’il le tuerais en ce jour et à une heure précise. Plusieurs fois il aurait pu y passer mais jamais il ne l’avais fait. Cela faisait longtemps que leurs chemins c’étaient séparés et même s’il s’agit d’un de ses ennemis N°1 il avait une petite once de curiosité de savoir comment il allait et s’il avait changé depuis le temps …

Le blond se tourna pour s’allonger sur le côté en regardant l’heure tourner se disant que sa sentence avait lieu dans deux heure et onze minutes … Cette sensation était impossible à expliquer il avait envie de savoir ce qu’il était devenus … L’avait-il oublier depuis le temps ? Plusieurs questions tournaient dans son esprit sans qu’il puisse expliquer le pourquoi du comment. Quelque chose d’encore inconnu dans sa tête qu’il aimerait bien mettre au clair … Peut être qu’en le revoyant cette sensation lui reviendras et la solution qui frôle du doigt à chaque fois pourras sans doute se montrer au grand jour. Le blond avait une boule dans le ventre appréhendant ce rendez-vous plus que tout. Même si l’issue devait être funeste il n’avait pas l’intention de mourir … Il ne se laisserait pas faire il n’est pas bête … Il ne va pas se rendre à un lieu pour se faire tuer sans rien dire il compte bien empêcher cette sentence et fuir n’est pas dans sa personnalité. Le zombie n’a qu’une parole et il la tient jusqu’au bout. Le yakuza a tenu la sienne en le laissant en vie maintenant c’est à son tour de faire honneur à leur promesse. Il ne compte pas se défiler mais il devait à tout prix faire cesser cette mascarade au plus vite …

Le zombie se redressa pour se mettre en position assise sur son lit tout en fixant les draps de son lit sans plus penser. Il ne savait pas ce qui le poussait à y aller et ce n’est certainement pas que pour tenir sa promesse. Il y avait autre chose derrière qui le piquait tellement qu’il devait y aller … Ses yeux dérivèrent rapidement vers son horloge digitale avant qu’un soupir ne s’échappe de ses lèvres. C’était pour lui de partir et rejoindre cet homme avec qui il avait eus de nombreux conflit. Celui-ci serait peut être le dernier en espérant que l’issue ne soit pas la mort … Après tout le mal qu’il avait eus pour retrouver une vie normal après sa mort il n’allait pas de nouveau y replonger … Le jeune homme se releva de son lit et récupéra sa veste au passage afin de se couvrir. Le soir les rues n’étaient pas accueillantes autant pour le froid qui y régnait que la noirceur des lieux … Le rendez-vous avait était fixer dans une ruelle éloignée de la ville et de l’activité qui y régnait. Le yakuza avait préparé son coup pour que toutes les chances soient de son côté. Mais le zombie n’avait pas dit son dernier mot …

Ryû sortie de son appartement douiller se disant que c’était certainement la dernière fois qu’il le voyait … Même s’il n’était pas prêt à mourir et qu’il allait tout faire pour éviter ce sort néfaste tout pouvait arriver … Les mains dans les poches de son manteau noir et le col de ce dernier remonter jusque sous ses yeux le zombie avança sans même réfléchir d’où le menaient ses pas en regardant le sol. Le froid c’était installé sur la ville de façon à ce que le souffle du blond se gel une fois sortie de sa bouche. Il marchait machinalement comme s’il était revenus à un état végétatif … Il ne fallait pas qu’il s’arrête d’avancé tant qu’il avait encore le courage. L’immobilisme mène à la chute et il le savait parfaitement. Le lieu de rendez-vous n’était maintenant plus qu’à quelque pas et il crut apercevoir une silhouette au loin qui l’attendait de pied ferme. La violence était une des choses dont Ryû pouvait avoir recours mais ce soir il n’en avait pas envie. Il laisserait les choses suivre leur court tranquillement et si c’est nécessaire il ne l’utiliserait qu’en cas de défense.

Chaque pas le rapprochait toujours un peu plus de celui qui devait lui donner la mort. Il avait une petite appréhension en le voyant à nouveau depuis aussi longtemps. La haine devait pourtant être la première chose qu’il ressent en le voyant mais rien de ça … Une autre émotion s’y mêlait sans qu’il puisse la détailler. Son cœur battait rapidement mais rien de son stresse ne transparaissait sur son visage. Pourtant la peur ce n’est pas ce qui manquait … Il vit alors son visage en s’approchant un peu plus et rien que cet aperçu suffit à lui faire retrouver cette émotion qu’il avait perdus la dernière fois qu’il se sont quitter … Pourquoi ? Comment ? Impossible de le dire … Ce qui est sûr c’est qu’il ne s’arrêta pas de marcher avant d’entrer dans la lumière d’un vieux lampadaire qui clignotait au-dessus de lui.
Le zombie parvint enfin à la hauteur de son bourreau s’arrêtant non loin face à lui les mains toujours dans les poches le fixant sans relâche. Il resta immobile sans dire un mot regardant le yakuza dans les yeux sans ciller. Le Frat boy tira sur sa cigarette éclairant un peu mieux son visage avant qu’il ne laisse la fumée s’envoler. Ryû quant à lui ne bougeait pas d’un pouce et regardait ce spectacle pourtant banal mais chaque secondes comptait maintenant. Le bandé commença à parler en le félicitant pour sa ponctualité mais le zombie resta silencieux face à cette réflexion. Voilà que le yakuza lui remet sa mort imminente sur le tapis ne faisant que renforcer le stress et accélérant les battements de cœur de Ryû. Ce dernier resta silencieux l’espace d’un instant avant de sortir ses mains gantés de ses poches. Il déboutonna le haut de sa veste afin de pouvoir laisser retomber le col de sa veste sur ses épaules et ainsi libérer sa bouche et son cou. Il laissa retomber ses bras le long de son corps en dévisageant Haruto.

« Je ne compte pas mourir aujourd’hui … » Annonça le zombie d’une voix calme malgré l’angoisse qui le rongeait de l’intérieur. Il sentait ses membres trembler légèrement à cause du froid et de la crainte mais heureusement tout cela ne se voyait pas à distance. « Je ne viens pas négocier non plus mais je veux que tu arrêtes toute envie ou tentative de vouloir m’exécuter …  » Même s’il savait cela impossible il voulait au moins tenter le coup. « Et comme je sais que tu n’abandonneras pas je suis venus régler ça en personne … Si tu veux m’exécuter il va te falloir du temps parce que je ne compte pas me laisser tuer sans rien dire … Alors maintenant si c’est ce que tu souhaites le plus au monde je laisse ça à ta conscience alors … Va y finis en … Tire …  »

Lâcha le zombie en levant un peu les bras de façon à bien montrer à son ennemi qu’il ne tenterait rien pour s’échapper. Le zombie plongea son regard dans celui de son ennemi pour essayer d’y discerner quelque chose peut être une émotion contraire à ce qu’il devait faire. Il voulait voir s’il était capable de le faire ou non il voulait vraiment s’assurer de ce que voulais réellement le yakuza. Le zombie était là, en face de lui, se tenant fièrement en l’épiant du regard, inoffensif et immobile attendant que le Frat boy dégaine son arme. Le blond était loin d’être un peureux et il voulait bien montrer que jusqu’au bout il garderait sa fierté quoi qu’il advienne …


100x100

Ft.

haruto
100x100

Our Story.

Ennemis, ils se rencontrent sans doute pour la dernière fois ... Du moins c'est ce qu'ils croient ...
100x100

And...

Voilà mon long pavé en espérant que tu apprécie !

© Narja - Never-Utopia

_________________

« Sweet dreams are made of this »
Revenir en haut Aller en bas
Kyojiro Haruto
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur


combien de temps avais-je réfléchis sur la question. J’en avais quasiment pas dormi. J’avais tenté de comprendre pourquoi ce type me mettait dans une situation telle où appuyer sur la détente devenait compliqué. J’aurais pu le battre à mort. Lui arracher son décès par la force. Le tuer lentement ou autre, peu importe, j’aurais pu trouver un moyen d’arriver à accomplir ce que mon patron me demandait. Mais tout semblait se liguer contre moi, et j’avais flanché. J’avais cédé à une trève. Avant ça je l’avais observé. Et voilà que je revenais au point de départ : l’observation. Partout où il allait, j’y étais. Je ne pense pas que dans son entourage il y ait des gens qui savent tout ce que je sais de lui. Je l’ai même déjà vu perdre ses moyens, dans son état instable. Son visage marqué par la colère et la rage m’avait semblé magnifique dans mes souvenirs. Et là encore quand je le vois devant moi, je ne saurais dire si je suis en train de l’admirer ou si je suis simplement en train de le regarder. Son regard me transperce. Il est juste troublant.

J’avais attendu ce rendez-vous depuis tellement longtemps. J’en avais plus qu’assez de l’avoir constamment en tête. J’en avais plus qu’assez de ne penser qu’à lui, et ma mission. Il me travaillait beaucoup trop. Jamais on ne m’avait fait subir un tel supplice. Tuer était quelque chose que j’aimais faire, notamment pour vider ma haine contre le genre humain. Mais n’est-il pas humain ? Aux regards des autres, il est même pire que ça, pire qu’un cafard. Je ne vois pas pourquoi j’ai autant de mal à abattre un tel insecte. C’est comme si j’étais un enfant qui fasse à une énième araignée n’arrivait plus à lui arracher les pattes une à une juste pour s’amuser. J’étais donc extrêmement tendu. J’avais affreusement envie de finir avec toute cette histoire et de nouveau faire la fierté de Ryôhei.

Mais le Zombie était un homme obstiné. Quelqu’un qui ne voulait pas en démordre. Je me fiche pas mal de savoir s’il avait envie ou pas de mourir. Qu’il le veuille ou non, je l’achèverai ! Mais jamais on ne m’avait tenu tête ainsi. D’habitude on me supplie, on me demande grâce, on se mets à genoux, on se rabaisse, on se donne énormément de mal pour que je ne fasse pas l’irréparable. Lui ? Rien de tout ça. Simplement une voix calme, un regard perçant et déterminé. Et des paroles assurées. Je serrais mon poing dans ma poche, ne le quittant pas un instant des yeux. Il veut que j’arrête de m’obstiner à vouloir le tuer ? Un sourire sardonique se dessina sur mon visage, tandis que je riais légèrement.

« Je ne te demande pas ton avis sur la question. Et ce n’est pas qu’une question d’envie. C’est un ordre. On m’a donné l’ordre de te tuer. Parce que tu es la source de tout les problèmes pour mon patron. Voilà tout. Alors vois-tu, je ne fais qu’éliminer les gens qui se mettent en travers de sa route. » avais-je répliqué. La suite de ses propos ne m’étonna pas tellement. Il était un idiot ou quoi ? Il croyait vraiment que c’était en disant ça que j’allais changer d’avis sur la question ? Il se mit à me pousser à tirer et le tuer. Il se mit même en position, comme prêt à recevoir son châtiment. Bizarrement, je le trouvais marrant, tellement je trouvais ça complètement crétin de sa part. « Tu ne te laisseras pas tuer sans rien dire ? Dommage, tu n’auras pas le temps de dire quoi que ce soit. Ce n’est pas parce que tu es un zombie que tu ne peux pas crever mon grand.» Je sortis mon arme et retirai la sécurité. De nouveau il était là, debout, mon révolver pile entre ses deux yeux. « Une balle là, et tu n’es qu’un simple cadavre qui retourne d’où il est venu. » Je restai ainsi un moment, avant de ranger l’arme à sa place, derrière mon dos. « Ceci dit, t’es marrant. Complètement stupide aussi à me tenir tête comme ça. » Je l’attrapais alors par le col et le tirait vers moi. « … Tu me plais dans ta stupidité. J’ai plus envie de jouer que de te tuer d’un coup comme ça.»

Revenir en haut Aller en bas
Kanzaki Ryû

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Let's See How Long This Game Will Last
Là où tout finis ...
Pourquoi avoir eus envie de revenir lorsqu’on voit l’antipathie d’un tel homme ? Le devoir est primordial pour Ryû mais même par promesse qui irait volontiers se faire exécuter ? Quelle créature irait d’elle-même à l’abattoir ? Aucune … La survie est quelque chose de gravé dans les gênes de tous êtres vivants ou de ce qui s’en rapproche … Il était le seul à marcher vers le danger et se jeter dans la gueule du loup sans penser aux conséquences funestes que cela aurait … Et pourtant il était là, devant cet homme qui ne voulait rien d’autre que son décès … Le blond se triturait les méninges pour savoir qu’est ce qui avait bien pus le pousser à venir jusqu’ici … Pourquoi il n’avait pas reculer face à la mort ? Parce que celui qui devait l’exécuter était sans doute la clé à ses questions … En le détaillant du regard le blond ne perdit pas cette sensation agréable qu’il avait eue en le voyant mélangé à la désagréable douleur de savoir qu’il voulait mettre fin à ses jours … Lui qui croyait que les humains pouvaient être compréhensif il c’était bien trompé … Mais quelque part il cherchais une lueur d’espoir dans son regard comme s’il était possible de le faire changer de voie … Et c’est pour ce seul mince espoir qu’il était là ce soir, debout dans le froid de la nuit et en face de son destin avec la mort qui l’attendait de pied ferme.

Le zombie pouvait sentir son sang pulser dans ses veines tellement la pression était grande. Son rythme cardiaque était au maximum et il avait de plus en plus de mal à respirer calmement. Il savait qu’il pouvait mourir n’importe quand en utilisant cette technique là … Mais il devait tenter le coup. Son but n’était certainement pas de se faire abattre sans se défendre et laisser Haruto faire son travail sans broncher. Ryû était bien plus intelligent que ça seulement il voulait jauger la cruauté de l’homme qu’il avait en face de lui. Le zombe sentit ses jambes tremblés et pourtant il tenta de rester stoïque face à tout ça prêt à réagir en cas de situation critique. Il était doué pour évaluer le moment où ce genre de situation pouvait se déclencher … Le yakuza en face de lui ne bougeait pas d’un pouce continuant de l’observer lorsque les deux hommes furent enfin immobile et silencieux un sourire mauvais s’afficha sur les lèvres du bandé avant qu’il ne dise avec ironie qu’il ne lui avait rien demandé. Le zombie fronça les sourcils mais resta tout de même parfaitement calme même si au fond de lui il avait envie de répliquer il se violentait pour ne pas répondre. La moindre réplique pourrait tout faire échouer. Il expliqua qu’il était là car son patron l’avait ordonné …

« Evidement … Ca me semblait bizarre que tu penses ça tout seul … Il y a bien un vrai cerveau derrière tout ça … » C’était sortie tout seul … Ryû n’avait pas pu se retenir malgré qu’il se morde la lèvre jusqu’au sang pour ne rien répliquer …

Le zombie resta tout de même immobile espérant que cela passe sans trop de casse … Le blond détaillait son bourreau du regard de haut en bas avant de voir que ses yeux était braquer sur son visage. Ses yeux perçant et pourtant remplis de cruauté … Comment décrire quelque chose d’à la fois fascinant et à la fois détestable ? Impossible c’est pour cette raison que Ryû ne peut établir de réel verdict. Lorsque le Yakuza surenchérit en confortant le scientifique dans l’idée qu’un zombie pouvait mourir à nouveau, le blond ne dit rien et se contenta de rester stoïque sans émettre le moindre mouvement qui pourrait accélérer le processus … Il se foutait des gifles intérieurement pour ne surtout pas répliquer. C’est alors que le Frat boy sortit son arme pour la pointer sur le zombie et une fois de plus ce dernier se retrouva à observer ce cercle noir et profond qui cracherait bientôt l’objet de son décès. Le cœur du blond manqua un battement et s’il n’avait pas eus cette lueur d’espoir dans les yeux il aurait déjà détalé en courant. Il avait tenté de cacher sa peur jusque-là mais maintenant le doute commençait à s’installer et ses bras se mirent à trembler un peu plus le forçant à les rabaisser le long de son corps. Mais lorsque Haruto se mit à décrire l’angle où atterrirait sa balle ainsi que ce qui va s’en suivre un sourire se fixa au coin des lèvres du zombie. La pression était un peu redescendue avant qu’il ne pousse un soupir de moquerie.

« Ben va y tire là ta balle je l’attends …  » insista le blond en ayant retrouvé un peu de confiance. Essayer de gagner du temps, on dirait que cette règle s’appliquait à son ennemi pour repousser la sentence. « Renvoie-moi parmi les morts, ce n’est pas ce que tu veux ? » Le questionna calmement le zombie en penchant légèrement la tête sur le côté sans le lâcher du regard une seule seconde.

Un long silence s’installa entre les deux hommes et on pouvait presque entendre le son des klaxons du centre-ville. Cruelle sensation mais en même temps si tentante … Le zombie dériva le regard une seconde vers l’arme de son bourreau avant de le regarde à nouveau dans les yeux. Ryû se demandait bien qu’est ce qui allait pouvoir se passer ensuite … Il espérait juste qu’il n’avait pas fait d’erreur de calcul et pour l’instant tout se passait selon ce qu’il avait prédit … En effet tout ce temps de trêve lui a permis d’évaluer toute les solutions possibles et imaginable ainsi que les issues qui se présentait à lui. Le zombie était plutôt intelligent et rusé et plus de 20 semaines à y penser pour prévoir ce moment était largement suffisant … Le yakuza finis par ranger son arme à sa place et le sourire mesquin du scientifique ne fit que s’élargir jusqu’à être bien visible à la lueur du lampadaire. Jusque-là tout se passait exactement comme il fallait … Quel allait être la suite des évènements ? Le Frat boy ironisa sur le fait qui le trouvait marrant à agir ainsi mais c’est ce qui lui avait peut-être sauvé la vie … Ryû était tellement concentré sur la suite de ses prévisions qu’il ne suivis pas le déroulement de l’action lorsque le yakuza l’attrapa par le col. Il releva à peine la tête regardant son ennemi de haut sans lâcher ses yeux. Alors comme ça il voulait jouer ?

« Je me demande bien ce que tu as derrière la tête …  » Lança Ryû un léger sourire au coin des livres se disant que ce petit imprévus pouvait facilement être gérer. « Au cas où t’aurais déjà oublié c’est un zombie que t’as en face alors t’attends pas à pouvoir jouer longtemps tu vas vite abandonner l’idée je te le dis … »

Quelques secondes après le zombie attrapa les épaules de son adversaire afin de pouvoir le pousser contre un des murs qui était autour d’eux. Il ne quitta pas ses yeux exerçant une légère pression sur ses épaules afin de le bloquer contre le mur avant de le détailler de haut en bas. Peut-être cette hésitation aurait coûté au chasseur de perdre sa proie.

« Ne me sous-estime pas je peux te bouffer quand je veux …  » le menaça Ryû avec un visage des plus froid possible. « T’es sûr que tu veux jouer avec moi ? Je ne suis pas inoffensif quand il s’agit de me défendre sache le …  » Et même avec ça le zombie savait pertinemment qu’il n’était pas capable de tuer en se défendant et encore moins de le tuer lui … Pourquoi ne pouvait-il pas s’en débarrasser ? Ou au moins le blesser ? Il n’arrivait pas à lever la main sur lui plus que ça mais il fallait qu’il gère ça au mieux. « Assez ris j’en ai assez … Arrête de t’amuser avec moi et surtout de jouer avec mes nerfs je ne supporte pas ça ...  » Le prévint le zombie qui s’efforçait à coller un peu plus son ennemi contre le mur en pierre pour ne pas le laisser faire le moindre mouvement.


100x100

Ft.

haruto
100x100

Our Story.

Ennemis, ils se rencontrent sans doute pour la dernière fois ... Du moins c'est ce qu'ils croient ...
100x100

And...

Voilà mon long pavé en espérant que tu apprécie !

© Narja - Never-Utopia

_________________

« Sweet dreams are made of this »
Revenir en haut Aller en bas
Kyojiro Haruto
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur


De nouveau j'avais changé d'idée. Pourquoi ne parvenais-je pas à mes fins et lui faire exploser la cervelle comme j'arrivais si bien à faire d'habitude ? Peut-être que je me trompais en me disant que sans doute c'était parce que je voulais jouer avec lui, le pousser à bout, et le briser psychologiquement. Je n'en sais rien. Quoi qu'il en soit, j'en étais arrivé à cette conclusion : le connaissant, je ne trouverais aucune satisfaction à le tuer aussi facilement. J'avais envie de jouer avec ses nerfs, le torturer simplement psychologiquement. En général maltraiter les zombies avait des conséquences tout aussi terrible que de torturer physiquement un être humain. J'en avais l'expérience et mes anciens réflexes développés lorsque j'étais dans un groupe de frat'boys revenaient au fur et à mesure que j'imaginais tout ce que je pouvais faire à Ryû.

Il n'hésitait pas à me rabaisser avec ses paroles notamment lorsqu'il évoqua le fait qu'il avait bien compris que je n'avais pas pensé tout seul à l'éliminer. Il y a simplement une chose qu'il oublie. Si pour ma part j'en sais énormément sur lui, ce n'est pas son cas me concernant. Tout ce qu'il sait c'est que je suis un yakuza qui est là pour le tuer surtout parce qu'on le lui a demandé. Il ne sait pas ce que je suis vraiment.

"Vraiment ? Tu crois que j'en aurais pas eu l'idée tout seul ? Décidément tu ne sais pas à qui tu as affaire." Et je ne lui donnerai pas le plaisir de lui dévoiler ce que je suis en détail. J'en eus de nouveau un sourire plein de finesse et de malice.
Mais pourquoi avais-je rangé mon flingue ? Bordel, il était là devant moi, je n'avais qu'à appuyer sur la détente pour mettre un terme à tout ça ! Qu'est-ce qu'il me prenait ainsi à vouloir faire durer le plaisir de jouer avec lui ainsi ? Je le fixais droit dans les yeux. Son regard froid et son sourire mauvais me fit ressentir de nouveau cette espèce d'émotion qui m'envahissait dès qu'il s'était trouvé devant moi. Il m'avait impressionné lorsqu'il avait été devant moi sur scène a chanter et jouer de sa guitare. Il m'avait soutiré de l'admiration les autres moments où je l'avais observé discrètement, mais aussi des frissons incroyables en le voyant sortir de ses gonds. Il y avait aussi ces rares moments où mon palpitant avait commencé à cogner fort contre ma poitrine.

Je venais de l'irriter d'avantage avec mes paroles. Oublier qu'il était un zombie ? C'est vrai que cela s'était produit de nombreuses fois. Mais pas en cet instant. Au contraire. Abandonner l'idée alors qu'une lueur de violence s'était mise à briller dans son regard alors qu'il venait de me plaquer brusquement contre le mur de l'immeuble derrière moi ? Ce que je cherchais depuis un moment commençait à arriver. Cela suffit à me donner des frissons et à en ressentir une forme d'excitation. Un petit sourire apparut sur mon visage alors qu'à son tour il me menaça de me bouffer. Il me tenait fermement par les épaules. Sans sourciller, je lui répliquais :

"Qu'attends-tu pour le faire ?" Je le voyais à présent sur son visage. Depuis le début, il avait eu la trouille. Là, il profitait simplement du fait que j'avais renoncé à mon plan de départ pour prendre le dessus. Mais il n'était pas capable de me tuer, pour la simple et bonne raison qu'il n'était jamais parvenu à lever la main sur moi. Avantage donc pour moi, et j'en profitais en le provoquant carrément, ma main venant alors dégager mon cou et le début de ma clavicule :

"Vas-y ! Oses donc me mordre si t'en a le cran" j'affichais un sourire amusé. En aura-t-il seulement le cran ? "Pas inoffensif quand il s'agit de te défendre ? Tu vas me rendre plus curieux que d'habitude !" Dis-je profitant simplement de la situation. "Si tu crois que cela va me faire changer d'avis, tu te trompes." Ah voilà qu'il lâchait le morceau. Il ne voulait pas que je joue avec ses nerfs. Parce qu'il en avait assez et qu'il n'aimait pas ça. Un petit sourire malicieux, et me voilà de nouveau impassible devant sa colère. J'attrapais l'un de ses poignets et je le tirai brusquement contre moi. Je ne lâchais toujours pas du regard.

"C'est justement pour ça que je le fais. Tu n'aimes pas ça. Tout comme tu ne supportes pas que l'on te dérange dans tes petites affaires. Tu es si instable que tu ne sais pas contrôler tes pulsions sous la colère." J'en savais tellement sur lui... Il ne manquait plus que de connaître ses faiblesses et le tour était joué. "Je me demande si tu arriverais seulement à lever la main sur moi. Je le sais. Tu en as eu envie de nombreuses fois sans jamais finir par le faire. Pourtant tu es capable du pire dans un tel état." Le pousser encore plus dans ses limites, le rendre fou. Tel était le plan. Pour ressentir de nouveau ces frissons que lui seul m'avait fait ressentir. "Je n'ai donc aucunement l'intention d'arrêter tout ça au contraire"
Revenir en haut Aller en bas
Kanzaki Ryû

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Let's See How Long This Game Will Last
Là où tout finis ...
Certes le Yakuza marquait un point en lui disant qu’il ne le connaissait pas … En effet le zombie connaissait à peine sa fonction et la raison de sa venue. Il connaissait aussi son nom mais il ne connaissait pas plus … Il n’avait jamais rien sus sur cette étrange personne qui un jour à surgit de nulle part en essayant de le tuer … Leur première vrai rencontre fut épique et même dans de tels moment le zombie y repensait. Jamais il ne pourra oublier la sensation qu’il avait eus lorsque son cœur s’est mis à battre plus fort et que les frissons dans son corps se sont faits plus fort. Cet homme le mettait dans des états incroyables mélangeant colère, haine, mépris fascination, désir et jalousie. Il n’avait jamais entamé toutes ses phases en un temps restreint et surtout en toutes même temps ! Le bandé était à lui tout seule une énigme que Ryû comptait bien résoudre avant de mourir. Même si ce jour n’était pas près d’arriver il c’était promis à lui-même d’y arriver … Même si pour ça il devait faire des sacrifices.

Comment expliquer l’envoûtement et l’attirance qu’il avait pour cet être corrompus par la folie ? Peut-être était-ce de la simple curiosité ? Au point d’aller jusqu’au suicide c’est étrange mais c’est peut être un trait de caractère que Ryû ne connaissait pas de lui qui sait ? Ou tout simplement il n’y avait que cet homme qui était capable de lui faire perdre tous ses moyens à n’importe quel moment … Quoi qu’il en coûte Ryû ne reculerait devant rien pour atteindre son objectif et c’est cette volonté qui l’avait poussé à venir jusqu’ici et à agir ainsi face à lui. Maintenant il le maintenait fermement contre le mur de pierre l’empêchant de faire le moindre mouvement afin de le défier du regard. C’est alors qu’un sourire apparut sur les lèvres du Frat boy faisant froncer les sourcils du zombie. Il allait le faire abandonner et il userait de tous les moyens pour y arriver. Il devait le forcer à abandonner sa poursuite et l’empêcher de le tuer un jour. Le zombie ne pouvait pas faire machine arrière et son regard était remplis d’une mépris et son visage reflétais son état d’irritation qui commençait à monter petit à petit.

C’est alors que le yakuza décida de ne pas s’arrêter là dans ses propos prêt à tout pour que Ryû laisse aller sa colère. Malgré qu’il n’ait que très peu de contrôle sur lui il se devait de rester le plus calme possible. Le blond regarda son ennemi dans les yeux pendant que ce dernier le poussait à l’acte. Mais même s’il avait voulus le faire le zombie serait incapable de lever la main sur lui … C’est alors que le yakuza fit quelque chose qui laissa Ryû totalement déstabilisé et immobile ; le Frat boy pencha la tête afin de dégager son cou laissant libre accès au zombie pour qu’il puisse le tuer également. Seulement le zombie ne pouvait pas ne serait-ce que le blesser gravement … Il insista encore sur le fait qu’il pouvait le mordre mais le blond n’osa même pas penser à cette option. Il rapprocha alors son visage de son cou avec lenteur se disant qu’il devait le faire par fierté mais c’est alors qu’une autre échappatoire s’offrait à lui. Un sourire se dessina au coin de ses lèvres avant qu’il ne laisse son souffle courir sur la peau du bandé avant de remonter vers son oreille pour chuchoter quelques paroles.

« Contrairement à ce que tu penses je ne suis pas un meurtriers et je ne gagnerais rien à te tuer. J’ai autre chose à faire et ce n’est certainement pas aujourd’hui que je tuerais un humain tu m’entends ? » Il voulait bien lui faire comprendre que ce n’était pas un meurtrier et qu’il ne ferait jamais d’assassinat sur un être humain comme beaucoup de Frat boy serait prêt à le penser …

Le yakuza continua à parlementé et Ryû ne cessait de l’écouter ayant au préalable reculé son visage pour le regarder de face. Plus le blond en face de lui parlait plus le jeune zombie resserrait son emprise sur les vêtements de son rival. Ses nerfs étaient assez facilement irritables ce n’était certainement pas la bonne solution pour qu’il se maintienne calme … C’est alors que son ennemi attrapa son poignet le rapprochant de lui violement mais Ryû ne broncha pas. Haruto lui déballa alors toute sa vie lui faisant froncer les sourcils avant qu’il ne dégage son poignet de manière plutôt violente pour que l’autre le lâche. Haruto ne semblait pas vouloir s’arrêter et c’est ce qui irrita toujours un peu plus le zombie qui tentait plus que tout de garder son calme malgré que son sang pulse dans ses veines lui hurlant de faire quelque chose et de laisser sortir cette colère qui le rongeait de l’intérieur.

« Je me demande bien de quoi tu peux être capable jusqu’à maintenant je n’ai jamais eus à me méfier de toi en ce qui concerne ma vie ou même ma santé.  » Annonça Ryû qui n’avait jamais eus de séquelle physique ou morale de la part de ce Frat boy. « Ah comme ça tu ne veux pas arrêter ? Je vais être obligé de t’y forcer dans ce cas … »

Le menaça le zombie avant d’attraper rapidement son ennemi par le col avant mettre une jambe derrière la sienne pour le faire basculer sur le coté de façon à ce qu’il tombe au sol. Malgré que cela n’ait pas dû faire du bien le zombie n’avait pas pu s’empêcher de retenir la chute du yakuza en le retenant par le col pour que sa tête ne cogne pas par terre. Le blond était à présent penché au-dessus de lui ne perdant à aucun moment son sang-froid. Il déposa ses genoux se chaque côté de son ventre le retenant toujours par le col avant de le tiré pour rapprocher le visage d’Haruto du sien. Il avait toujours son regard haineux et froid lorsqu’il le dévisageait et le regardait de haut. En aucun cas il ne perdra sa précieuse fierté à laquelle il tient tant …

« Alors tu t’amuses toujours ?  » Demanda le zombie en serrant le col de l’autre blond autour de son cou. « Je suis capable de beaucoup je ne tue tout simplement pas n’importe qui pour n’importe quoi et encore moins les humains même si ce sont des Frat boy ou des gens qui me veulent du mal … »


100x100

Ft.

haruto
100x100

Our Story.

Ennemis, ils se rencontrent sans doute pour la dernière fois ... Du moins c'est ce qu'ils croient ...
100x100

And...

Voilà mon long pavé en espérant que tu apprécie !

© Narja - Never-Utopia

_________________

« Sweet dreams are made of this »
Revenir en haut Aller en bas
Kyojiro Haruto
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur


J’aurais pu. Et j’aurais du surtout. Tsch… Heureusement que les autres n’étaient pas là pour voir ça. Et puis je tuerai tout ceux qui oseraient parler de ça à la bande. Pas question que le Shatei sache que son lieutenant s’est en quelque sorte dégonflé devant un Zombie. Je ne me suis pas dégonflé. Mon adversaire est tout simplement beaucoup trop intéressant pour que je ne le tue si vite. J’aime tuer, mais j’aime aussi m’amuser en même temps. Il faut savoir parfois prendre son temps pour que tout soit parfait, et plaisant. Et là c’est bien de ça qu’il s’agit. Même si dans le fond, j’ai l’impression que c’est bien plus compliqué. Ryû n’est pas un simple zombie non plus. Il est un des plus vieux qui soient arrivés à Séoul.

Alors si c’était si simple de le tuer, ça se saurait. Tous deux, au final, on le savait. Ni l’un ni l’autre, n’avait la prétention première de faire une telle chose. Par contre, décrypter un peu plus l’autre, voilà ce qu’on avait tous les deux en tête. Je savais très bien que Ryû n’était pas du style à se jeter sur le premier venu, et encore moins à tuer. Pour l’avoir suivit un peu partout, il en faut vraiment beaucoup pour qu’il en arrive à commettre une telle chose. Aussi, lorsqu’il me menaça, en disant qu’il pouvait me bouffer sans que je ne m’y attende, je savais pertinemment qu’il n’en serait pas capable. Il l’aurait déjà fait depuis longtemps… Aussi sa réaction quand je lui avais offert mon cou, ne m’avait pas plus surpris que ça. Son souffle sur ma chair m’avait donné des frissons. Ses paroles me firent sourire de nouveau.

Je le connais mieux qu’il ne me connaît. Aussi cette réaction et ces mots-là ne me surprenaient pas le moins du monde. Je continuais alors sur ma lancer. Le provoquer, le pousser dans ses derniers retranchement. Je cherchais la merde, mais en même temps, c’en était juste excitant. Plus je parlais, plus je sentais son emprise se faire de plus en plus forte. J’avais même l’impression qu’il cherchait à m’enfoncer dans le mur derrière moi. Il me fascinait d’avantage. Je le sentis presque sur le point de perdre ses moyens lorsqu’il dégagea son poignet assez violemment.

Dans ses yeux, je la voyais toute proche, cette colère sourde et bien violente. Ses interrogations me firent sourire davantage. De quoi je suis capable ? De pratiquement tout. Surtout si c’est pour le faire souffrir à petit feu. Oh non, il n’a jamais eu à se méfier de moi… Et le faire mal physiquement ? Hum… Il ne fallait pas non plus qu’il espère que cela puisse continuer encore non plus. J’avais plus d’idées farfelues qu’il ne le pensait. Me forcer à arrêter ? Sur le coup j’haussais un sourcil.

C’est alors qu’il me plaqua au sol. Instinctivement j’avais réagis comme si ma tête allait cogner contre le sol, mais non. Rien. Voilà de nouveau un indice concernant sa faiblesse me concernant. Jamais il ne pourra me faire de mal. Jamais il n’aura la force de me briser les os. Il me retenait toujours par le col, et se trouvait sur moi, me dominant. Il me rapprocha de son visage en tirant sur le col. Il me regardait de haut, de son regard froid. Il était vraiment mieux ainsi, les yeux plein de haine et de colère. Affichant toujours un sourire fin et malicieux, et presque mystérieux, tant il pouvait dissimuler tout ce que je pensais actuellement, je le fixais droit dans les yeux, alors qu’il me demandait si je m’amusait toujours.

« Haa… » Soupirai-je « Pourquoi ne m’amuserai-je plus ? Tu es vraiment… Fascinant. » Je me redressais un peu plus, ma main attrapant son col, et je glissais dans le creux de son oreille : « T’aurais pu m’exploser la tête par terre. Mais à la place tu as éviter que cela n’arrive. Si prévenant de ta part ~ » Je ris un peu. Le col se resserrait autour de mon cou. Je le fixais toujours droit dans les yeux. « … Mais tu ne te méfies jamais assez… » Et je lui donnais un assez violent coup de poing dans l’estomac, de façon à ce qu’il me lâche.
Revenir en haut Aller en bas
Kanzaki Ryû

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Let's See How Long This Game Will Last
Là où tout finis ...
Haruto avait l'air de connaître Ryû et c'est quelque chose qu'il ne pouvait pas négliger ... Cela se voyait dans son regard, il arrivait à décrypter le moindre de ses gestes, la moindre de ses émotions, un peu comme s'il arrivait à lire dans ses pensées. C'était une chose qui effrayait un peu le zombie qui ne savait pas tellement quelle réaction avoir face à ça. Mais Ryû était arrivé à un point de non-retour. C'est pourtant lui qui avait accepté de venir le voir, une fois encore pouvoir observer les traits de son visage, sentir son cœur sursauter dans sa poitrine à la moindre de ses paroles. Pourquoi réagissait-il ainsi ? Il n'arrivait pas à comprendre pourquoi et il voulait savoir. La clé à ses questions n'était pas loin, il pouvait presque l'effleurer du bout des doigts, mais à chaque fois la réponse s'envole ... Cet homme l'empêche de penser ... Il le trouble au plus haut point tout comme il le dégoute de par son caractère. Mais comment joindre deux contraires ? La haine est bien présente, mais il n'arrive pas à lui faire mal pourtant. Pourquoi ?

Ryû avait cru sentir un frisson courir le long de son dos lorsque son regard l'avait presque poignardé de l'intérieur. Cette étrange sensation de froid et de douleur et à la fois de volupté et d'excitation, il ne parvenait pas à l'expliquer. Et pourtant, le Frat'boy n'avait pas l'air de vouloir abandonner malgré les menaces du zombie. De son sourire, il parvenait à lui faire ressentir plusieurs émotions à la fois, de par sa voix, il arrivait à le déstabiliser et avec ce regard ... Ce regard qui vous fixe et qui arrive parfaitement à capter le moindre de vos mouvements. Cela pourrait paraitre assez troublant voir même effrayant, mais Ryû était à présent bien loin de tout ça. Il n'arrivait plus à contrôler ses émotions et cela lui faisait vraiment peur. Pour le moment, il tenait le coup, il ne sait par quel miracle. À de nombreuses reprises, il a serré les dents, il s'est fait violence pour ne pas craquer, mais il fallait qu'il tienne jusqu'au bout. Ses nerfs étaient mis à rudes épreuves et c'est sans doute ce qui a de plus fragile chez lui ...

Le zombie tenait le coup malgré les répliques désinvolte du Frat'boy, et même avec la cruauté qu'il y mettait Ryû tenait bon ... Encore un peu se disait-il, encore un peu et c'est gagner. Mais la bataille vient à peine de commencer et c'est de beaucoup de patience que va devoir s'armer le blond face à cette dure épreuve. Mais plus le temps défilait et plus le zombie perdait ses moyens. Au début rien ne transparaissait sur son visage, il était comme ... Livide. Mais petit à petit, les émotions commençaient à se dessiner sur ses traits fins, au début presque imperceptible puis de plus en plus. Il était à présent à un point de non-retour. Même s'il n'était pas bien élevé à son niveau de colère, il savait qu'il ne pourrait pas se calmer.

Ryû avait bien vu le visage du Frat'boy en alerte lorsque sa tête avait faillis cogner le sol puis ses traits se sont détendus en sentant que le zombie l'avait retenu. Pourquoi avait-il fait ça ? Parce qu'en plus, il perdait aussi le contrôle de ses mouvements ?! Le zombie serra un peu plus son emprise sur le col du yakuza et sa mâchoire se referma également faisant légèrement ressortir ses veines. On pouvait voir que ses muscles se contractaient aussi et son poing libre serrer pouvait se deviner en entendant le crissement de ses gants en cuire. Sans même se rendre compte le zombie observait le visage de son adversaire lorsqu'il l'avait rapproché du sien, il en parcourait chaque trait de ses yeux comme envoûté. Mais il n'arrivait même plus à être maître de ses pensées en ce moment tout se bousculer dans sa tête ... Sa colère commençait à monter tellement il était agacé de ce jeu qui durait pour lui depuis des heures ... Chaque minute paraissait tellement longue qu'il n'a jamais rien vécu de tel. Et ce léger sourire toujours suspendu à ses lèvres avait le don de le faire bouillir toujours un peu plus. Sa main qui serrait son col commençait à trembler tellement la colère était contenue.

Ce fut son regard qui le déstabilisa ... Au moment où il planta ses yeux dans les siens Ryû relâcha sa mâchoire et les tremblements de colère cessèrent doucement. Il ne sait pas d'où lui venait cette faculté, mais là ça commençait à bien faire ... Ryû ne savait pas combien de fichues minutes il allait tenir ... Il n'était même pas sûr de ne pas exploser dans les secondes qui suivent ... C'est alors qu'Haruto répondit à la question du blond jouant la carte de l'ironie en répondant par une question. Oh, il n'allait pas s'amuser longtemps si Ryû rentrait dans une colère noire. Incontrôlable, impossible de l'entraver une fois qu'il était lancé, les personnes l'ayant connu ainsi n'osent plus l'approcher à ce jour ... Il était capable de violence et il ne savait pas s'il était capable de lui faire du mal dans un état pareil ... Il savait qu'il cherchait à le pousser à ses limites et cette torture morale commençait à bien faire ...

«La ferme .. » Demanda Ryû d'une tonalité qu'il voulait calme, mais on pouvait sentir cette pointe d'énervement au fond de sa voix.

Le Frat'boy avait l'air de s'amuser de la situation qui commençait à peser sur le zombie qui se mordait la lèvre de rage et pour essayer de contenir cette sensation de rage qui bouillonnait en lui. C'est alors que le yakuza le prit par le col le rapprochant de lui à son tour pour lui murmurer quelque parole. Malgré la colère du zombie, le souffle de son rival se faufila non loin de son oreille le faisant frémir légèrement. Son regard était fixé sur le goudron en face de lui, sa mâchoire était maintenant légèrement entrouverte sous le choc mental qu'il venait de recevoir. Tant de choses se mélangeaient qu'il n'était plus capable de penser correctement. La phrase de son ennemi lui fit fermer les yeux fortement et ses muscles se contractèrent à nouveau. Les tremblements reprirent et la colère fit surface petit à petit. De son poing libre Ryû frappa de toutes ses forces le goudron.

« La ferme, je t'ai dit !!!  »  Hurla le zombie en rouvrant ses yeux brillants de rage. Ryû sentit sa main tremblante toujours contre le sol extrêmement dur, s'engourdir avant de ressentir une intense douleur que la colère parvenait à lui faire oublier. Sa respiration était maintenant saccadée par la haine qu'il ressentait ne pouvant plus contenir toute cette irritation.

Ryû entendit la voix du Frat'boy s'élever à nouveau sans vraiment l'écouter. Il percevait ses paroles, mais pour lui, elle n'avait aucun sens dans son esprit. C'est alors que le bandé enfonça violemment son poing dans le ventre du zombie qui étouffa une plainte de douleur se repliant lentement sur lui-même. Sa main serrant le col se rétracta vers le milieu du torse du yakuza, celle-ci était toujours tremblante et lâcha prise petit à petit. Le corps de Ryû se plia légèrement sous la douleur partiel qu'il ressentait. Son front était presque appuyé contre le torse de son ennemi. Il respirait un peu plus fort qu'à l'accoutumer et ce geste était sans doute celui de trop ... Lorsque le zombie se reprit, il leva un regard rempli de colère vers son adversaire les sourcils froncer avant que ses dents ne se resserrent.

« Sale ordure ... T'aurais pas pu t'abstenir ... » Cela sonnait plus comme un avertissement de l'irréparable plus qu'une demande. Le zombie se redressa sentant la douleur s'effacer un peu avant d'attraper son homologue par le cou de manière rapide et violente. Il se redressa avant d'en faire de même avec son adversaire. Il le plaqua à nouveau contre un mur resserrant petit à petit l'emprise sur sa carotide la sentant palper sous ses doigts. « On va voir si tu t'amuses toujours ...  »

La colère était à présent à un stade assez élevé et ses doigts se resserraient encore et encore sur le cou d'Haruto restreignant toujours un peu plus son oxygène. Une vague de haine incontrôlable s'empara de lui lorsqu'il amena son genou à frapper violemment dans le ventre de son ennemi avant qu'il ne continue à restreindre la respiration du bandé. Il sentait qu'en un mouvement, il pouvait lui donner la mort, mais resserrait de manière lente pour qu'il puisse agoniser lentement. Mais au fond de lui, derrière toute cette colère, il savait qu'il n'irait pas jusqu'à l'achever. Il savait qu'il s'arrêterait avant. Peut-être au tout dernier moment pour qu'il puisse sentir la mort s'approcher. Mais en attendant, il resserrait de plus en plus lui laissant entrevoir l'issue de ne pas survivre. Les yeux pleins de rage de Ryû étaient plongé dans ceux du yakuza qui pouvait enfin voir le début de sa colère se manifester ...


100x100

Ft.

haruto
100x100

Our Story.

Ennemis, ils se rencontrent sans doute pour la dernière fois ... Du moins c'est ce qu'ils croient ...
100x100

And...

Voilà mon long pavé en espérant que tu apprécie !

© Narja - Never-Utopia

_________________

« Sweet dreams are made of this »
Revenir en haut Aller en bas
Kyojiro Haruto
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur


M’abstenir ? pourquoi donc ? Le laisser m’étouffer aussi facilement lui aurait trop fait plaisir. Alors il fallait bien que je corse un peu les choses. Mais à quel prix ? Au final, je le poussais encore plus loin que sa limite. Et finalement, la limite fut rapidement atteinte. Très vite, je le sentis sur le point de perdre ses moyens et vraiment prêt à m’achever, me tuer et en finir définitivement avec ma personne. J’en ai déjà des frissons rien qu’à voir son regard froid, plein de rage, et cette mâchoire durement serrée, contenant tant bien que mal cette vague de colère. La bête allait enfin pouvoir sortir. Et j’avais envie de la tester. De goûter à sa colère et ses pulsions. Fou ? Un peu. Mais ce n’était pas si nouveau que ça. Je prenais souvent des risques pour mieux connaître les faiblesses de mes adversaires. Le coup de poing dans son estomac avait été donné avec pas mal de force de façon à le faire plier et me lâcher pour de bon, histoire que je puisse au moins respirer. Mais avais-je pu prévoir la suite des évènements ? Pas vraiment. S’il avait voulu m’impressionner en frappant le sol de son poing, il avait raté son coup. Il me semblait juste encore plus fascinant ainsi.

Je l’avais déjà vu se mettre en colère contre ses collègues, presque sur le point de les tuer. Et là, voilà que je voyais enfin ce visage simplement plein de rage, et ce regard rempli d’envie de m’achever et de haine me fixer. J’en eu un frisson, alors même qu’il me tenait par le cou, m’étranglant davantage au fur et à mesure. Il voulait me tuer ? Qu’il le fasse. Cependant, pourquoi j’avais l’impression qu’il se retenait ? Comme si lentement, il voulait me voir agoniser. Ah… encore une fois, nos rôles avaient été inversés… Frustrant. Juste frustrant. Il me donna un coup de genou qui me fit me plier. Je sentais encore son regard sur moi, je suffoquais encore sous son emprise, mais son coup avait été tel que, collé ainsi au mur, manquant cruellement d’oxygène, le regard presque vague, j’avais la tête presque baissée.

Bordel… il fallait que j’arrive à faire quelque chose. Que j’arrive à le faire lâcher prise, l’assommer ou je ne sais pas… Juste que je trouve un moyen. Peu à peu je sentais que le manque d’oxygène avait aussi raison de ma force physique. Malgré tout , je ne le lâchais pas du regard, serrant les dents à mon tour, et suffoquant à la fois. Et puis, finalement je pris un parti. Après tout, peut-être qu’au final il s’attendait aussi à ce que je me débatte. Alors je finis par rester immobile, et fermer les yeux attendant simplement qu’il me tue pour de bon… Une bête s’arrête de s’acharner lorsque la proie cesse de s’agiter non ?

Cependant, je sentais qu’il resserrait encore davantage. Et me laisser faire ainsi n’était pas mon genre. Aussi, ouvrant un oeil, j’avais attrapé mon revolver et dans un dernier effort, sans trembler, j’avais tiré. Comme une mise en garde. La balle avait simplement effleuré sa joue et sa tempe. Je ne suis vraiment pas le genre à rater mon coup. D’ailleurs je le fis bien comprendre en changeant de suite après la trajectoire de mon flingue que je tenais le plus fermement possible. Prochain coup… Sa tête explose… Je visais de nouveau entre ses deux yeux, mon regard tel une mise en garde, une menace. Il allait me tuer ? Eh bien si tel est le cas, il mourra avant moi ou en même temps que moi….
Revenir en haut Aller en bas
Kanzaki Ryû

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Let's See How Long This Game Will Last
Là où tout finis ...
Ryû avait bien l’intention de lui prouver qu’il arriverait à le tuer. Il ne voulait pas passer pour un faible il tenait bien trop à sa fierté pour ça … Il voyait bien dans le regard de cet homme qu’il le narguait, d’une petite et simple pression il pourrait l’achever … Il n’aurait plus de problème et tout serait terminé ! Mais pourquoi n’y arrivait-il pas bon sang ?! Le zombie continuait de fixer sa victime dans les yeux mais celle-ci maintenait son regard. Si méprisant … Cela avait de quoi énerver toujours plus le zombie mais ce dernier même dans une colère noire, n’arrivait pas à assassiner cet homme. Ce n’est pas le fait de commettre un meurtre qui lui fait peur. Même si tuer n’était pas dans ses principes il se devait tout de même de le faire pour sauver sa propre vie ! Pourquoi diable avoir tenus à se jeter dans la gueule du loup. Il ne se connaissait pas aussi stupide … C’était quelqu’un qui réfléchissait beaucoup et d’ailleurs il était venus avec un plan derrière la tête … Il en avait oublié le déroulement tellement ce qui se passait le troublait au plus haut point. Par la faute d’un seul homme il pourrait presque aller au suicide et oublier tout ce qu’il avait derrière la tête. Cela ne lui était pourtant jamais arrivé auparavant. Il savait depuis le début que le but du Frat’boy était de l’éliminer de manière définitive mais il ne connaissait pas ses méthode. S’il devait le tuer pourquoi ne l’avait-il pas fait plus tôt ?

Le yakuza se plia sous le coup plutôt violent de Ryû qui parvenait à déverser sa colère sur lui. Mais chaque coup donné ou le resserrement de ses mains sur sa gorge lui provoquait des sensations désagréables voir même douloureuses. Même si le bandé ne le regardait plus, Ryû continuait de le fixer incessamment comme pour le jauger en un regard et tenter de lui faire abandonner toute combativité. Au fond de lui le zombie voulait qu’il arrête cette guerre stupide contre les zombies et surtout contre lui … Le blond avait envie de l’étrangler mais ses mains ne lui obéissaient pas. Elle ne voulait pas serrer d’avantage et même en se forçant il n’arrivait pas à lui briser les os … Cela lui provoquait trop de souffrance … Et pourtant il n’était pas censé être son ennemi ? Le pire sans doute … Il devait le tuer il n’en avait pas le choix. Alors comment se fait-il qu’il n’y arrive pas ?! Le zombie souffrait et une véritable lutte c’était engagé dans son esprit commençant à lui tourner de plus en plus. Non de dieu il suffit juste de lui couper la respiration merde où est le problème !! Bien sûr qu’il va mourir après ça mais est-ce vraiment ce que souhaite Ryû ? Ce dernier n’arrêtait pas de fixé sa proie qui soudainement fit quelque chose qui laissa sans voix le blond.

Le yakuza avait arrêté toutes tentative de se débattre. La haine dans le regard du scientifique c’était transformé en surprise puis en légère crainte. Pourquoi il ne se débattait plus ? Voulait-il se faire tuer si facilement ? Dans ce cas pourquoi il ne l’achève pas ?! Trop facile sans doute … Les membres du zombie se remettait à trembler tellement fort que ça en devenait incontrôlable. Cette angoisse de voir son regard s’éteindre entre ses mains … Etre incapable de violence envers lui était quelque chose qui l’angoissait, cela voulait dire qu’il ne serait pas capable de se défendre en situation critique ? Cette pensée parvint à lui faire serrer le coup de son ennemi avec plus de hargne et de violence. Le Frat’boy s’est tout de suite sentit en danger et à tenter à son tour de se débattre à nouveau voyant que cette technique ne fonctionnait pas. Dans un geste désespérer il récupéra son arme et un coup de feu brisa le silence de la ruelle où s’affrontais les deux hommes. Un coup de feu qui fit sursauter Ryû mais il ne lâcha prise en aucun cas. C’est alors qu’il sentit un liquide couler le long de sa joue. Une gouttelette de sang glissait le long de son visage, la balle ayant frôlé sa joue, une légère ligne de de sang avait été tracée le long de sa joue mais même malgré ça il ne lâcha pas prise. Et ce n’est certainement pas ce canon entre ses deux yeux qui le fit reculer … Il devait tenir jusqu’au bout, ne pas céder …

C’est alors qu’il sentit le pouls de son ennemi perdre de plus en plus de puissance, signe que dans quelques secondes il serait mort … Ryû ouvrit les yeux en grand avant d’envoyer son ennemi plus loin dans un violent mouvement de bras. Il regarda Haruto tomber à terre et ce dernier était toujours bien vivant. Le souffle du zombie était cours désormais et ses mains tremblaient de manière démesurée. Il n’arrivait plus à se contrôler et il sentait ses yeux s’humidifier peu à peu. Non il ne devait pas craquer. Il détestait laisser aller ses émotions comme ça et il ne pouvait plus rien contrôler en lui, ni ses mouvements, ni ses pensées, rien … Il leva lentement ses mains gantés devant son visage pour les observer. Ses mains qui auraient pu en une pression hotter la vie de son adversaire. Mais il ne l’avait pas fait … Il était à deux doigt d’arriver enfin à son but, de mettre fin à tout ça et il n’avait pas réussis … Il se sentit impuissant face à ça le faisant perdre tous ses moyen l’espace d’un instant … Il donna un grand coup de pied dans le mur derrière lui avant d’y assener un coup de poing pour tenter d’évacuer cette violence et s’empêcher de pleurer. Il laissa aller un long cri de rage qui déchira l’air avant de se laisser tomber contre le mur derrière lui les yeux levés vers le ciel nocturne qui devenait peu à peu trouble à cause de ces larmes. Il refusait de les laisser couler, de perdre la face maintenant. Hors de question pour lui de commettre une telle faute. Il ferma les yeux reprenant son souffle avant de se laisser glisser le long du mur impuissant.

Il garda la tête appuyé contre le mur et ses jambes étaient replier, il resta immobile avant de frapper un de ses genoux se maudissant de n’avoir pas pu aller au bout de son geste. La vérité apparaissait maintenant, il n’arrivera jamais à le tuer … Ne serait-ce que le blesser gravement était inconcevable pour lui … Il posa sa tête contre ses genoux, ses mains venant se poser sur cette dernière et empoigner avec violence ses cheveux. Ryû serra de toutes ses forces les mèches qu’il avait dans les mains crispant ses yeux pour ne pas craquer. Il tenta de ravaler ses larmes tout en se disant qu’il était impuissant face à cet homme. Il pouvait presque être à sa merci si le Frat’boy le voulait et cela ne fit que remplir encore plus Ryû de haine qui contracta tous ses muscles en songeant cela. Cela n’était pas dur de le tuer mais Ryû le sait désormais il ne pourra jamais l’atteindre … Pas de cette manière, il n’était ni capable de violence envers lui, ni de l’assassiner alors quoi ? Rien … Il n’aura pas le choix que de réfléchir à une autre stratégie mais pour le moment son esprit était trop embrouiller par tout ça …


100x100

Ft.

haruto
100x100

Our Story.

Ennemis, ils se rencontrent sans doute pour la dernière fois ... Du moins c'est ce qu'ils croient ...
100x100

And...

Voilà mon long pavé en espérant que tu apprécie !

© Narja - Never-Utopia

_________________

« Sweet dreams are made of this »
Revenir en haut Aller en bas
Kyojiro Haruto
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur


Le son du tir claqua dans l’air, brisant d’un coup la tranquillité de la ruelle déserte. Sa main serrant encore ma gorge, je manquais encore plus d’air, je sentais que j’allais finir par ne plus avoir de souffle du tout. Ma main tenant le revolver avait même du mal à rester ainsi braqué sur lui. Mon bras se rabaissa, n’ayant plus de force pour rester ainsi. Mes doigts venaient de lâcher le revolver par terre, et bientôt ce fut l’ensemble de mon corps qui commença a être tel une poupée de chiffon. Seul mon regard encore vivant restait braqué sur lui, comme une dernière provocation. Un dernier sourire aussi sur mon visage. Il avait gagné, il m’aura tué. Je serais mort bientôt. Et il sera enfin tranquille. Et moi aussi. Je pourrais arrêter de me prendre la tête de savoir si j’allais réussir la mission ou non.

Soudainement, je sentis mon corps rencontrer violemment le sol pas très loin de lui. Et l’oxygène revenir d’un coup dans mes poumons. Je toussais alors violemment et m’allongea alors sur le dos, me remettant doucement de mes émotions. Le message que j’aurais été tué pourrait aussi avoir dors et déjà été transmis à mon supérieur. Qui sait. En attendant, il se mit doucement à pleuvoir. Je ne fis plus vraiment attention à ce qu’il se passait près de moi, mais un hurlement me fis tourner la tête vers le zombie. Je le regardais, frapper contre un mur, voir son visage marqué par la frustration et la colère. D’un coup, il me parut… Pitoyable. A fendre l’âme. Et puis, le voir ainsi sur le point de pleurer et se faire du mal, serra ma poitrine. Jamais je n’avais ressentis ça avant. De nouveau il faisait naître en moi des émotions nouvelles. Il me faisait maintenant de la peine et je n’aimais pas le voir ainsi se faire du mal. Je me surprenais à penser de la sorte. Je n’avais pas pour habitude d’être compatissant, mais c’était juste pas possible de voir que j’avais réussi tout de même à le briser mentalement.

Je ne sais pas vraiment, mais c’était comme si pour la première fois, l’enfant jouant avec l’araignée s’était mis à pleurer en se rendant compte qu’il venait de tuer un être vivant et innocent. Fatigué, je poussais un soupir et fermais les yeux. Qu’il cesse de se faire ainsi du mal ou de se morfondre. Ou j’allais le frapper pour de bon. Pour une autre raison. Finalement, je pris le temps de me redresser et me relever comme je le pouvais et titubant, je m’avançais vers lui, avant de trébucher et me laisser tomber juste à côté de lui. Je me laissais glisser aussi le long du mur. Et alors qu’il allait encore frapper quelque chose, ma main arrêta son geste.

« Arrête… » Et puis je le lâchais doucement. Je fixais alors un point dans le vide, devant moi. « T’as gagné. Tu devrais être content non ? Et puis… La nouvelle que je suis mort tué par tes mains doit déjà diffuser dans la bande. Alors de quoi tu te plains ?» J’étais épuisé de toute façon par ce petit jeu. « Et soyons franc… J’ai pas envie de t’achever. J’ai jamais eu envie de le faire… Alors arrêtons ça… »
Revenir en haut Aller en bas
Kanzaki Ryû

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Let's See How Long This Game Will Last
Là où tout finis ...
Ryû n’arrivait pas à le croire … Il avait bien faillis le tuer … Même si c’est ce qu’il aurait voulus quelque part il était soulager qu’il soit toujours vivant. Il s’en était assuré avant de piquer son ultime crise. S’il ne pouvait pas le tuer il ne le voulait pas non plus … Au fond de lui il y avait cette petite voix qui lui disais de ne pas lui faire de mal, de ne plus le blesser. A voir ce sourire quelques secondes avant sa mort l’avais totalement achevé émotionnellement … S’en était beaucoup trop pour lui, si le Frat’boy voulait le tuer qu’il le fasse … De toute manière il n’avait plus aucune combativité pour survivre à l’heure qu’il était. Rien que l’image du visage du yakuza au bord de la mort avait suffi à Ryû pour qu’il s’en veuille pour le restant de ses jours. S’il savait à quel point ça faisait mal il se serait laissé tuer finalement … De temps à autre ses yeux s’ouvraient lorsque les larmes disparaissaient et il espérait qu’elles ne surviennent pas à nouveau. Le zombie était secoué par des sanglots sans que les larmes ne s’en suivent. Il était tellement encore sous le choc qu’il était inconcevable pour lui de se calmer.

Son cœur battait à tout rompre et ses émotions se chevauchait. En entendant du bruit près de lui le zombie sentit son cœur raté un battement. Il calma alors sa respiration comme s’il était nécessaire pour lui de faire moins de bruit. Il n’y parvenait tout de même pas mais il avait tenté d’être immobile sans succès. Il voulait lever les yeux vers lui. Le regarder savoir de quoi il était capable maintenant. Voir s’il allait l’achever sur le champ pour ce qu’il avait fait ou s’il n’avait pas assez de force pour le faire. Quoi qu’il en soit il sait qu’il allait regretter d’avoir posé les yeux sur lui. Pourtant quelque chose lui crier de regarder son visage encore une fois. Pourquoi ne pas cédé à ses voix ? Quitte à mourir de toute manière plus rien n’avait d’importance maintenant … Quand il sentit les larmes couler le long de ses joues la colère revint à nouveau et le zombie leva le poing pour venir frapper le sol de toute ses forces mais quelque chose l’arrêta avant que son bras n’ait eus le temps de finir sa trajectoire.

Stupéfiés par ce qui était en train de se passer il leva la tête précipitamment pour regarder droit dans les yeux de son ennemi. Mais cette fois-ci quelque chose avait changé … Ryû fixa ses yeux un moment avant de se rendre compte qu’il c’était mis à pleuvoir. Une excuse pour cacher ses maudites larmes c’est très bien il pourra ainsi dissimuler ses émotions encore un peu. Néanmoins il les effaça rapidement pour ne pas que cela paraisse trop louche et laissa son regard se poser sur la main d’Haruto tenant son poignet. Ce simple "arrête" avait suffi à le calmer presque entièrement. Pourtant ce n’était pas son genre. Lorsqu’il s’emportait il le faisait pour de bon … Ryû laissa retomber sa main ganté au sol lorsque le bandé le lâcha. Le zombie était désormais fatiguer de leur bataille ainsi que de la colère qu’il venait de faire ressortir. Cette dernière était beaucoup plus éprouvante que toutes les autres. Il ne comprenait pas pourquoi il était d’un seul coup vider de son énergie. Mais le fait qu’Haruto le stop ainsi lui paraissait louche … Il ne voulait pas le descendre quelques minutes plus tôt ?

Ryû écouta son discours en le fixant sans jamais le lâcher. Il pouvait regarder les traits de son visage au plus près trouvant une fascination à ça. Pourquoi le fixer ainsi ? Il en avait plus qu’assez de se poser des questions sans arrêt et se laissa aller à son instinct. Il déposa son visage contre le mur toujours orienté vers le Frat’boy. Lorsque ce dernier eus terminé Ryû ferma les yeux de soulagement une fois que cette phrase été prononcer. Tout allait enfin s’arrêter.

« Enfin … » Chuchota le zombie avant de tourner la tête devant lui et regarder la pluie tomber. La tension était redescendue mais des larmes étaient toujours là au coin de ses yeux. Ces salopes alors … Il s’efforça de ne pas pleurer une fois de plus et se retint de toutes ses forces. « Qu’est-ce que tu attends de moi au juste … Tu crois que tu vas t’en tirer comme ça après ce que je viens de vivre ? Je ne vais pas te laisser partir comme ça ... » demanda le zombie le regard dans le vague. Aucune colère dans ses paroles, ces dernières étaient presque chuchotées. « « J’en ai assez de me battre avec toi tu ne comprends pas que je m’en veux d’avoir fait ça ? Tu ne comprends pas à quel point le fait de te faire souffrir me torture baka … »

Le zombie marqua une pause ou il effaça ses larmes d’un revers de manche. D’un côté c’était un grand soulagement qu’il mette enfin un terme à cette guerre … Mais il y avait tout de même un vide comme s’il manquait quelque chose à Ryû … Ce dernier tourna le regard en direction du yakuza détaillant une fois encore son visage. Il manquait encore une chose et un silence eus lieu. Un moment où le temps s’arrêta, la pluie cessa de tomber pour le zombie qui comprit petit à petit. On ne lutte pas pour une cause perdue et au final ce n’est peut-être pas si mal … Il avait trouvé cette réponse qu’il cherchait, il était venue ici et avait enfin attrapé cette clé, celle qui mène à l’amour … En effet il se pourrait que le zombie soit tombé amoureux de son bourreau. Rien ne s’explique, les choses se vivent et un sourire se dessina sur le visage de Ryû une fois qu’il comprit tout ça. Le cœur du zombie se serra en se disant que ce n’est pas parce que ce combat venait de prendre fin que son bonheur serait complet … Maintenant le Frat’boy allait partir reconstruire sa vie et il n’allait sans doute plus jamais le revoir.

« Je te déteste … » Dit-il avant qu’un sanglot ne le prenne brusquement. « Tu vas partir maintenant ? Tu crois que les choses sont si simples ? » Demanda Ryû qui savait comment finissait ce genre de chose à l’accoutumer. Le blond tenta de se calmer mais ne lâcha pas Haruto des yeux. « «C’est ça que tu voulais ? Tu l’as eus … » Le zombie reprit un peu sa respiration avant de plongé ses yeux dans ceux de l’autre jeune homme. « « Je te déteste … A cause de toi je suis devenus indépendant de toi … Je ne veux pas que ça s’arrête si brusquement … Je suis comme attirer par toi et si tu devais me laisser comme ça je préfère encore que tu me tue plutôt que tu m’oublie … Haruto … » Le zombie se redressa un peu afin de pouvoir le regarder dans les yeux ses sanglots ayant enfin cessé. « « Je … »

Les mots ne sont parfois pas assez forts pour traduire une émotion et parce que cette phrase évidente ne voulait pas sortir le blond devait prendre les devants. Il préférait encore mourir plutôt que de ne pas oser. Ryû avança son visage de celui du yakuza avant de sentir le souffle de l’autre blond contre ses lèvres. Il posa avec la plus grande des douceurs ses lèvres contre celle du Frat’boy fermant les yeux doucement. Un baiser simple chaste mais qui fit accélérer le cœur du blond. Il profita de cette sensation qui était sans doute la plus agréable et la plus belle des sensations qu’il n’est jamais ressentis … Et si par la suite il devait se prendre une balle ce serait tant mieux il aurait réalisé ce dont il rêvait sans le savoir depuis des mois …


100x100

Ft.

haruto
100x100

Our Story.

Ennemis, ils se rencontrent sans doute pour la dernière fois ... Du moins c'est ce qu'ils croient ...
100x100

And...

Voilà mon long pavé en espérant que tu apprécie !

© Narja - Never-Utopia

_________________

« Sweet dreams are made of this »
Revenir en haut Aller en bas
Kyojiro Haruto
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur


Le calme était enfin de retour dans la ruelle. J’étais là près de lui, fatigué de me battre ainsi avec lui. Après tout, le fait qu’il soit si prêt de me tuer m’avait fait prendre conscience d’une chose : je ne parviendrai jamais à le tuer. Jamais je n’arriverai à le voir mort. Je ne saurais pas dire pourquoi, mais il me rendait ainsi, incapable de lui faire le moindre mal. Le simple fait de lui avoir tiré dessus me donnait le goût amer de la culpabilité. Voir son sang ainsi couler sur sa joue m’avait tout aussi bouleversé que de voir ma mère dans son sang lorsque j’étais plus jeune. Devais-je vraiment être le bourreau tels qu’ont été les hommes qui l’avaient tuée ? Voilà aussi ce que j’avais pensé. Et puis s’il m’avait tué il m’aurait aussi libéré. Je ne suis pas un tendre, je n’ai certes presque pas d’empathie ou de compassion, mais Ryû avait su faire germer autre chose en moi. Quelque chose que je ne pourrais jamais nommer parce que je n’en ai plus aucun souvenir.

Je l’avais empêché de frapper de nouveau le sol. Ses mains étaient assez meurtries ainsi. Le voir ainsi complètement bouleversé par son geste, me faisait prendre conscience de ce que les gens normaux ressentent quand ils sentent quelqu’un partir sous leur doigt, quand moi je ne ressens qu’un espèce de frisson grisant. Et puis ses questions me laissèrent quasiment sans réponse. Toutefois je fis l’effort de lui répondre. « Je n’attends rien de toi… Et tu comptes faire quoi au juste ? Tu ferais mieux de m’oublier et d’oublier tout ça… Ca serait mieux pour toi » De toute manière, si le patron apprenait que j’étais vivant encore, il me tuera. Alors il valait mieux pour lui qu’il m’oublie non ? Je poussais un soupir quand il déclara qu’il n’en pouvait plus de se battre ainsi contre moi. Et qu’il s’en voulait. « Tu n’as pas à t’en vouloir… De toute manière, si ce n’est pas toi, c’est quelqu’un d’autre qui le fera plus tard» Je marquais un temps avant de me redresser un peu. « Tu sais, c’est pas facile pour moi non plus. T’es la seule personne que je ne pas tuer… J’y vois aucun plaisir là dedans… Chose vraiment unique de ma part…»  

J’eus un sourire et un léger rire quand il déclara me détester. Ca ne m’étonnait pas à vrai dire… L’inverse m’aurait plutôt bien étonné. Et puis j’eus la sensation que le zombie commençait à se perdre davantage et à dire des propos qui n’avaient ni queue ni tête. « J’ai pas la force de bouger pour l’instant, alors où tu veux que j’aille ? » Pourquoi se prenait-il d’un coup la tête comme ça, comme si le fait que je parte l’emmerde plus qu’autre chose ? Il me détestait non ? C’était quoi son problème là ? Et je voulais quoi ? « De quoi tu parles ? » Je fronçais légèrement les sourcils. Il me perdait totalement. Et puis son regard rencontra le mien. Il me déstabilisa d’avantage. « … Ryû… Qu’est-ce que tu…racontes ? » Ses paroles me perdirent d’avantage. Il était attiré par moi ? Il ne pouvait pas se passer de moi ? Et… Non le plus déstabilisant c’était de l’entendre m’appeler par mon prénom. Chose qu’il n’avait jamais fait avant.

Mais jamais je n’avais prévu la suite. Soudainement je sentis ses lèvres contre les miennes. Je m’étais raidi sous la surprise. C’était une blague ? Une mauvaise blague ? Comment un type pouvais avoir ce genre de sentiment pour moi ? J’étais pire que la banquise, j’avais voulu sa mort, j’avais tout fait pour qu’il souffre, qu’il se brise… Mes mains s’étaient agrippées à son haut, comme pour l’empêcher d’aller plus loin. J’avais le coeur qui s’était mis à battre fort. J’avais la sensation que je ne contrôlais plus rien. Dans ma tête c’était le brouillard total.


Raisonnaient alors dans ma tête ses derniers mots. Qu’il préférait que je le tue plutôt que je ne l’oublie. Ses lèvres contre les miennes firent l’effet d’un révélateur. Je n’avais pas envie qu’il m’oublie non plus. Je n’avais aucune envie de l’oublier, ni même de le tuer. Je mentirais si je disais qu’il n’avait pas du tout suscité en moi une vraie admiration pour sa personne. Mais je n’avais pas  non plus les mots pour exprimer ce que lui arrivais à me faire comprendre par les gestes. Même lui rendre le baiser ne traversait pas encore mon esprit. J’avais besoin de comprendre.  «.… Baka…. » Commençais-je alors. «… Qu’aimes-tu tant chez moi ? Et puis, je ne t’ai fait que du mal… » continuais-je par la suite. Et puis le fixant droit dans les yeux : «… Je t’ai fais du mal mais j’aimerai pas que quelqu’un d’autre le fasse. » Attrapant son col, je ne réfléchis même plus à mes gestes et l’embrassais moins chastement qu’il ne l’avait fait.
Revenir en haut Aller en bas
Kanzaki Ryû

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Let's See How Long This Game Will Last
Là où tout finis ...
La phrase d’Haruto lui déchira tout simplement le cœur … L’oublier ? Après ce qu’il venait de comprendre ? Impossible … Il n’avait jamais été autant amoureux et c’est sans doute la première fois que cela lui arrivait. A dire vrai il ne savait pas si c’était ça ou non au final … Mais la sensation était tellement forte qu’il n’arrivait pas expliquer ce que c’était … Depuis qu’il ne l’avait pas revus des mois auparavant qu’il n’arrivait plus à manger ni même à dormir … Il se disait que peut être le fait qu’il soit zombie pouvait lui épargner ces choses d’humains ou bien le sérum l’avais renforcé. Mais il se sentait terriblement mal avec un vide pareil. Il ne savait pas comment tout cela était possible mais il ne vivait plus normalement. Certaines nuit le visage du Frat’boy hantait son esprit il ne cessait de penser à lui. Pourquoi ? Pour quel raison ? Il avait cherché pendant des mois quelque chose qui été juste sous ses yeux … Alors il préférait encore être tué plutôt que de devoir l’oublier …

Le zombie avait sortie tout ça sans réfléchir pour une fois, il avait laissé parler son cœur ne voulant pas avoir à penser et se poser des questions. Les "pourquoi" peuvent souvent empêcher le bonheur et Ryû venait de s’en rendre compte. Il avait dit tout ce qu’il avait sur le cœur et il en avait grandement besoin. Il souffrait de cette situation et ne rien dire lui faisait d’autant plus mal … Puis le Frat’boy avoua au zombie que si ce n’était pas lui qui le tuait ce serait une autre personne … En effet il n’était pas à l’abri mais personne encore n’avait essayer de le faire disparaître avec autant d’acharnement que lui … Seul lui voulait à tout prix le tuer même si cela devait prendre des mois … Seulement grâce à cette guerre qui faisait souffrir le zombie cela le permettait de le voir …. C’est stupide de devoir en arrivé là mais il souhaiter tellement rester avec lui qu’il était obligé de se raccrocher à ça. Même si c’était pour mourir après, c’est lui la personne qu’il voulait voir en dernier avant sa mort. Il n’avait pas beaucoup d’attachement pour les gens qu’il connaissait à part lui … Etrange mais le cœur a ses raisons que parfois on ne peut expliquer. C’est ça la puissance de l’amour …

Plus Ryû se perdait dans ses propos plus il avait l’air de déstabiliser le Frat’boy. Ce dernier répondit par l’ironie en disant qu’il ne pouvait pas bouger pour le moment. Une phrase qui aurait dans d’autres circonstance fait sourire le zombie mais il était tellement angoisser à l’idée de ne plus le revoir que seul l’inquiétude était perceptible dans ses gestes et sa voix. Un peu comme si le blond était totalement perdus et déstabilisé par le fait qu’Haruto l’oublie définitivement et l’efface de son esprit. Il avait besoin de son attention, il avait besoin de l’attirer à lui désespérément. Il ne pouvait pas le laisser partir comme ça … C’est alors que le bandé parut totalement égaré dans la conversation, ou plutôt le monologue qu’avait engagé Ryû. Tellement qu’il lui demanda de quoi il parlait. Le zombie le voyait sur son visage, il ne savait plus tellement comment réagir et le seul moyen d’attirer son attention à ce moment-là avait été ce baiser …

Le blond avait retenue chaque seconde avant ce baiser et en ce moment même. Il se rappel de l’air totalement égarer du yakuza, il se souviendra toujours le moment où le yakuza l’avait appelé par son prénom de manière si douce, si calme … Cela lui avait fait du bien au fond même si ça n’avait duré que quelque seconde. A présent il sentait les mains de l’autre homme se resserrer sur son haut. Mais Ryû n’arrêta pas pour autant ce moment magique et se renforça dans l’idée qu’il s’agirait peut être du dernier instant parfait dont il pouvait profiter … A sentir ses mains se serrer de plus en plus cela ne présageait rien de bon … Il savait qu’il allait sans doute beaucoup souffrir s’il s’enfuyait en courant ou si ses jours allaient s’arrêter là car le yakuza lui auras loger une balle dans la tête … C’est pour cette raison que Ryû vida entièrement son esprit pour n’entendre que les battements de son cœur et la sensation de ses lèvres contre celle du Frat’boy. Il pouvait bien mourir après ça, ça lui été égale il vivait ce moment comme si c’était le dernier avant de se séparer lentement de ses lèvres et rouvrir les yeux pour les plonger dans ceux d’Haruto. C’est alors que le zombie était maintenant dans l’immobilisme et l’angoisse totale. Il était face à un blond déstabiliser, totalement déboussolé et il allait maintenant assisté à la suite des évènements, c’est-à-dire sa réaction face à ça …

Le cœur du zombie s’arrêta presque de battre et la seule sensation que le scientifique ressentait en ce moment était les gouttes de pluies qui glissaient le long de son visage et dans ses cheveux. C’est alors qu’Haruto lui posa une série de question dont Ryû n’avait pas la réponse. Il était impossible pour lui de dire quoi que ce soit ou de s’expliquais sur ce qu’il ressentait. Pourquoi il l’aimait après tout ça ? Il devait être sado-maso … Oui c’est peut être ça … Il ne savait pas du tout quoi lui répondre … Puis la dernière phrase du yakuza raisonna en écho dans son esprit. Il ne voulait pas que quelqu’un lui fasse du mal ?

« Ecoute je ne sais pas ce qui m’a pris de faire ça sans prévenir puis ça ne s’explique pas je tiens à toi plus que ce que tu ne crois c’est tout. Je n’ai pas d’explication plus clair à donner et si tu veux me buter après ça alors va-y ne te gêne p… » Ryû n’eut pas le temps de terminer sa phrase que le Frat’boy le prit par le col pour venir à son tour l’embrasser avec bien plus d’ardeur que le zombie ne l’avait fait.

Ce dernier s’attendait à tout sauf à ça ! Il resta un moment sans bouger tellement cela l’avait surpris. Mais cette délicieuse sensation de ce baiser passionné et le fait que leur langue ne tardèrent pas à se rencontre raidis complètement le zombie qui ferma les yeux ne pouvant s’empêcher de lier ses bras autour du coup du jeune homme. Il se laissa aller à cet échange plein de passion et sentit les battements de son cœur s’accélérer agréablement et une sensation de pur bonheur l’envahir. Il laissa retomber son corps doucement pour venir tendrement le presser contre celui du yakuza profitant de ce magnifique baiser sous la pluie battante. Cette scène pourrait sembler être égale à celle des films mais cette fois-ci c’était bien réel et il pouvait pour la première fois goûter à l’amour le vrai. Une fois que l’oxygène venait à manquer autant à l’un qu’à l’autre ils se séparèrent et immédiatement le zombie regarda un à un les yeux du bandé puis ses lèvres et son visage. Il n’arrivait pas encore à se rendre compte qu’il s’agissait de la réalité cette fois-ci. Mais tout cela paraissait si magique qu’il n’arrivait pas à y croire. Les mains de Ryû se positionnèrent de chaque côté du visage du blond se demandant comment serait le futur avec une pointe d’angoisse … C’est vrai lui était zombie tandis qu’Haruto était Frat’boy … Ils étaient donc censé être ennemi. Il avait peur que tout cela prenne fin … Beaucoup trop vite …

Pour cacher sa frayeur mais aussi cette émotion de tristesse au fond des yeux le zombie posa son front sur l’épaule du bandé avant de venir se coller contre l’autre blond et d’enfouir son visage au creux de son cou où il profita du parfum de cet homme qui hantait ses nuits et son esprit depuis tout ce temps … Il resta un moment dans cette position sous la plus laissant sa respiration courir dans le cou de l’autre jeune homme puis il ferma les yeux un moment. Il voulait tellement rester auprès de lui comment cela pourrait être possible ? Le zombie de pressa un peu plus contre lui entourant son cou de ses bras sa tête toujours enfouit ayant presque oublié la forte averse qui commençait à gagner de l’ampleur et rafraichissant les rues …

« « Je ne supporterais pas de ne plus te revoir ou qu’il t’arrive quoi ce soit … » Avoua Ryû sans bouger. Il aimait sentir les battements du cœur d’Haruto contre son torse et profita de cette mélodie un petit instant avant de poursuivre. « « Les circonstances veulent qu’on se batte, qu’on s’entre-tue, qu’on se déteste … Mais j’en suis incapable Haruto … Je me suis trop attacher à toi et je ne peux pas m’imaginé t’oublier ou vivre sans toi … Je sais le mal que ça m'a fait d'être loin de toi quelques mois et plus je ne le supporterais pas ...  »

Il ne fallait pas que le zombie montre ses faiblesses mais ce moment s’il devait être le dernier, il devait tout faire pour le rendre plus beau, éternelle peut être. Faire en sorte que cette soirée soit la plus belle s’ils devaient se séparer ou si l’un d’eux devait mourir …


100x100

Ft.

haruto
100x100

Our Story.

Ennemis, ils se rencontrent sans doute pour la dernière fois ... Du moins c'est ce qu'ils croient ...
100x100

And...

Voilà mon long pavé en espérant que tu apprécie !

© Narja - Never-Utopia

_________________

« Sweet dreams are made of this »
Revenir en haut Aller en bas
Kyojiro Haruto
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur


Le buter… C’est vrai, en toute logique j’aurais très bien pu le faire. Le repousser, l’envoyer valser un mètre plus loin, le frapper ou autre, ce genre de chose aurait parut logique vu mon caractère, et vu comment j’avais traîté le zombie jusque là. Mais en réalité c’était comme si son geste m’avait ouvert les yeux sur quelque chose que jamais je n’avais connu depuis longtemps. C’est vrai, je ne pouvais pas dire de moi-même, comme peut-être lui pouvait le faire, que j’aimais ce type. Après tout, comment un homme comme moi, qui a vu sa mère mourir sous ses yeux en étant petit, et son père se faire massacrer par ses ennemis, tout en n’ayant reçu aucune attention de la part de ce père, pouvait-il connaître et ressentir ce genre de sentiment ? C’était comme si Ryû était capable de ça. Me faire ressentir tout ce que je n’ai jamais pu ressentir jusque là pour quelqu’un. Jamais personne ne m’avais témoigné la moindre marque d’affection. Au fond peut-être que c’était ça le coeur de notre querelle mutuelle, même si de mon côté ce n’était poussé que par le prétexte que c’était un ordre de mon patron. Peut-être qu’au fond, notre seul et unique moyen de se porter de l’intérêt pour l’un et l’autre c’était de s’en mettre plein la tête physiquement parlant. Que je le vois ainsi poussé à bout pour qu’au final il craque et se laisse aller à sa plus grande faiblesse.

Un amour vache alors… J’en sais rien en fait. Tout ce que je sais, c’est que même si son geste m’avait bien perturbé sur le coup, je ne l’avais pas trouvé déplaisant bien au contraire et avais plutôt cherché à en ressentir d’avantage. Je ne sais pas si je saurais vraiment avoir de l’amour pour lui, mais pour le moment je sais juste que je veux qu’il ne soit qu’à moi. Que personne d’autre que moi n’ai le droit de lui faire du mal. Si mal doit être fait, je serais son seul et unique bourreau. C’est assez cruel vu ainsi, mais je ne vois pour l’instant pas les choses autrement. Il n’a pas intérêt à se laisser toucher par quelqu’un d’autre. Dieu sait ce que je serais capable de faire si c’était le cas.

J’avais coupé court à ses paroles. Il tenait juste à moi et ça suffisait comme explication. Même moi, j’avais pris le parti au final de ne plus réfléchir à ce que je faisais et j’avais simplement embrassé le zombie une nouvelle fois. L’échange s’était montré langoureux et j’appréciais même la fraîcheur de ses lèvres et la caresse de sa langue sur la mienne. Sa façon de se serrer contre moi me donnait déjà des frissons. Je ne sentais plus la pluie qui tombait sur mon visage. Je ne ressentais que lui contre moi, son corps collé maintenant au mien. Et lorsque le baiser s’arrêta, je ne le quittais pas non plus des yeux, ne disant rien, me contentant d’observer ses pupilles sombres. A un moment donné je crus apercevoir une pointe de tristesse dans ses yeux, chose que je perdis de vu dès l’instant où il vint nicher sa tête contre mon cou. Je ne sais pas à quoi il pensait, ni si j’avais halluciné.

Je ne suis pas non plus quelqu’un qui sait être tendre avec quelqu’un d’autre. Aussi je ne fis aucun geste, type caresse dans ses cheveux, ou simplement le serrer dans mes bras, gestes qui sont normalement habituel pour toute personnes ayant un minimum de compassion ou d’empathie. Mais pour un être comme moi, ce ne sont pas des gestes naturels bien au contraire. Alors je le laissais simplement là, à se tenir ainsi contre moi, tout de même intrigué par son attitude actuelle. Ses paroles me firent à peu près comprendre ses craintes. De nouveau il me déstabilisait. Que répondre à de tels mots ? Je restais un moment assez silencieux, fixant simplement la pluie remplir les flaques un peu plus loin, gouttes par gouttes, avant de lui dire :

« Franchement, même moi je comprends pas… T’es le seul que j’arrive pas à tuer non plus…. Même, d’habitude je ne prends pas autant de temps pour analyser ceux que je tue… J’ai jamais pris le temps d’en savoir autant sur quelqu’un… » je poussais un soupir. Je n’avais pas envie d’en dire plus parce que je ne dévoile pas mes faiblesses ainsi, du moins pas comme lui. « Ce ne sera pas facile ceci dit. Tout peut arriver à présent… Mais j’sais pas… Je m’en fous un peu en fait…»
Revenir en haut Aller en bas
Kanzaki Ryû

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Let's See How Long This Game Will Last
Là où tout finis ...
Le temps était comme arrêté pour le zombie. C’est comme si la pluie avait cessait, il ne la sentait même plus désormais … Il ne se rendait pas encore compte de ca qu’il venait de faire … Ouvrir son cœur ainsi n’était pas dans ses habitudes mais il a fallu qu’il le fasse … Il n’avait pas pu s’en empêcher c’était comme ça que ça devait se passer … Il n’avait pas confiance en les êtres humains, il a toujours refuser de croire en eux se disant qu’étant zombie ils avaient plus envie d’éliminer la race à jamais. Et pourtant il avait réussi à tomber amoureux d’un humain. Comment cela se faisait-il ? Il n’avait pas d’explication logique maintenant il le savait c’est tout … Le blond avait toujours la tête dans le cou de son vis-à-vis refusant de s’en éloigner. De là il pouvait entendre la respiration de l’autre et cela l’apaisait en quelque sorte. Seulement Ryû fut étonner de ne pas sentir ses bras l’entourer, ou encore ne serait-ce qu’un petit geste … Rien de tout ça. Il n’arrivait peut être tout simplement pas encore à réaliser qui sait ? Mais le zombie était un peu perdus … Il ne savait vraiment pas quoi faire dans une telle situation. Alors il préféra rester immobile sans bouger.

Lorsque le zombie lui confia ses craintes un long silence s’installa faisant monter l’angoisse chez Ryû. Il se foutait de sa gueule depuis le début c’était obliger. Ou alors non il est peut être choqué … Mais le manque de réponse chez son vis-à-vis lui fit lever la tête vers ce dernier. Il quitta le cou du yakuza et le regarda en face dans les yeux. Qui avait-il au final ? Ryû ce serait fait des films ? Quand on y pense il n’était sûr de rien il avait juste échangé deux baisers cela ne voulait rien dire … Puis après un petit moment d’attente, le bandé daigna lui répondre. Mais celle-ci déstabilisa quelque peu le scientifique qui fronça les sourcils d’incompréhension. Il disait que le musicien était le premier qu’il avait du mal à tuer ok … Il disait ne pas comprendre la situation ce qui est normal … Mais Ryû devait prendre ça comment ? Une déclaration à la manière d’Haruto ? Ou bien un prétexte pour le rembarrer ? Ou tout simplement il devait le dire pour confier ses interrogations. Mais le zombie était un peu perdu à cause de tout ça …

Un autre silence s’installa entre eux. Seul le clapotis des gouttes de pluie sur le sol était audible. Ryû s’apprêta à parler mais le bandé le fit avant. Il avoua qu’il ne savait pas ce qu’ils devaient faire maintenant. Continuer sur ce chemin ou se battre encore continuellement … Haruto prononça alors quelques paroles qui sonnèrent dans l’esprit de Ryû. Ses paroles étaient un peu comme une déchirure … Il ne savait pas comment interpréter cette phrase, ce "je ne sais pas et je m’en fou" … Après ce qu’il venait de se passer Ryû n’arrivait pas comprendre pourquoi ces paroles ont été prononcé. Le zombie resta immobile avant de froncer les sourcils. L’aurait-il prit pour un con depuis le début ? Peut-être avait-il fait exprès pour le faire souffrir ? Tant de possibilités qui s’offrait à lui et de raison tout à fait logique … Lui forcer à se dévoiler, ouvrir son cœur était un peu comme mettre à nu ses sentiments et voilà sa réponse … Au final peut être que son ressentie premier était le bon … Les humains sont tous des monstres et encore plus que les zombies …

« Je vois …  » Se contenta de dire le zombie en regardant les gouttes d’eau venir s’écraser lourdement sur le sol. « Je comprends, on ne peut pas être plus clair …  » Le zombie se redressa relevant la tête. Il mit sa capuche sur cette dernière pour éviter que ses cheveux ne soient entièrement trempés. « Tu as raison, on s’en fou après tout … Je pense que le mieux c’est de tout oublier et que chacun reprenne sa route n’est-ce pas ?  »

Malgré la tristesse présente dans sa voix, il ne le montrait pas et tentait de rester fort. Même la colère n’avait pas refait surface et pourtant … Il n’arrivait pas à se mettre en colère il était surtout désemparer et envahit d’un profond chagrin. Il ne pouvait pas expliquer son état, il n’avait jamais ressentie ça auparavant … Dur à décrypté mais il fallait qu’il aille de l’avant, qu’il se relève malgré les blessures physiques et surtout morales. Ryû pinça ses lèvres pour s’efforcer de rester impassible malgré les mauvaises sensations qui l’envahissaient.

« Au final je me suis peut être trompé … » Avoua-t-il. « C’est mieux que tu oublies tout ce qu’il s’est passé ce soir et pour moi aussi d’ailleurs .  » Si c’était encore possible bien entendus … « Vous dites tous que les zombies sont des montres, qu’ils n’ont ni émotions ni cœur et qu’il mérite de mourir … Pourtant les pires créatures que j’ai rencontré jusqu’ici c’est bien les humains … Aveugler par la cupidité, détruisant tout sur leur passage pour une cause personnelle … C’est sans doute la race la plus écœurante qui existe … »

Le scientifique ferma un peu plus sa veste assaillis par les courants d’air violent après ses paroles. Il voulait effacer les instants passés, peut-être aurait-il préférer mourir … Et si ce n’est pas par la balle de cet homme se serait en sautant du haut d’un toit … Le froid gagnait un peu plus d’ampleur faisant frissonner Ryû de tous ses membres. Mais le zombie n’y fit pas attention il orienta encore une fois son regard vers le yakuza.

« De toute façon je ne pense pas que ça te fasse grand-chose au contraire tu dois être heureux tu n’auras plus à faire à moi. Oublie cette nuit et oublie tout ce qu’il vient de se passer et ce que tu as entendus. Je fais de même de mon côté les choses seront mieux ainsi. » Si seulement il pouvait tourner la page si facilement … « Quoi qu’il en soit je te souhaite tout de même un avenir plus blanc et moins d’ennuis sur ta route … Bonne chance pour la suite.  »

Le zombie regarda encore une fois son visage comme pour s’imprégner de cette dernière image. Pour qu’elle ne puisse pas s’effacer et question visage demeure à jamais dans ses pensées. Le zombie soupira doucement avant de tourner les talons et de quitter les lieux pour rejoindre son appartement. Il ne savait pas la suite du programme de la soirée … Une chose est sûr s’il ne rentrait pas vite chez lui retrouver sa passion qui n’est autre que la musique pour le réconfortait il comptait mettre fin à ses jours dans les heures qui suivent. Pourvus que la route ne soit pas pénible …


100x100

Ft.

haruto
100x100

Our Story.

Ennemis, ils se rencontrent sans doute pour la dernière fois ... Du moins c'est ce qu'ils croient ...
100x100

And...

Voilà mon long pavé en espérant que tu apprécie !

© Narja - Never-Utopia

_________________

« Sweet dreams are made of this »
Revenir en haut Aller en bas
Kyojiro Haruto
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur


Je ne savais pas tellement ce que Ryû avait pu décrypter dans mes propos, mais je n’aimais pas du tout la tournure que le tout était en train de prendre. Je me demandais ce que j’avais pu dire pour qu’il se mette ainsi à comprendre des choses que je n’avais pas du tout pensé et encore moins dites. Lui qui disait qu’il ne voulait pas m’oublier, voilà qu’il se mettait à dire l’inverse. Cela me déstabilisa entièrement. Qu’avais-je donc pu ainsi laisser entendre ? Je ne me comprenais plus, je ne comprenais rien de ce qu’il se passait. Une vague confuse d’émotions s’empara de moi. J’avais le coeur serré, je me sentais mal. J’avais peur de ce qu’il allait faire. Moi. Peur. C’était la première fois que je me sentais ainsi. Que faisait-il ? Pourquoi disait-il ces choses ainsi ? Je ne parlais que du futur… De ce qui pouvait nous arriver par rapport à mes camarades ou mon chef qui pourraient bien finir par savoir ce qu’il en était… Je n’avais pensé qu’aux dangers que l’on risquerait de croiser. Alors pourquoi partir ainsi sur l’idée que je pensais qu’il valait mieux qu’on reparte chacun de son côté ? Je lui avais même avoué que tout comme lui, je n’avais pas la force de le tuer, ni même de lui faire le moindre mal… Il m’embrouillait. Et j’allais finir par voir mal à la tête.

Je ne le serrais pas contre moi, je ne témoignais rien en terme de tendresse, parce que je n’avais jamais « aimé » avant et appris ces gestes pourtant si simples, que n’importe qui pourrait faire. A quoi s’attendait-il ? Que dans un quart de secondes, moi, le sociopathe, je me mette à devenir sensible tout un coup ? Mais justement… Tout ceci me désorientait parce que je me laissais envahir par des émotions inconnues jusqu’à présent. Je ne pouvais même pas mettre les mots « tomber amoureux » ou « être amoureux » sur ce que je ressentais parce que ce n’était pas quelque chose d’évident pour moi. Cependant, ses premières paroles et ce qu’il exprima après firent surgir d’autres émotions. Il allait partir… Il allait me laisser là, sous la pluie… pensant que non je n’avais pas le moindre sentiment, ou attachement pour lui… Je n’aimais pas ça… On m’avait livré à mon propre sort déjà une fois… Cela ne se produira pas une seconde fois.

Je le laissais parler jusqu’au bout. Dire ce qu’il avait à dire. Vider ses pensées sur les humains. C’est étrange. On avait la même pensée, alors pourquoi jugeait-il ainsi que ça se terminait ici, que je devais oublier ce qu’il venait de se passer ? Lorsqu’il parla de sa perception des humains, j’avais eu l’impression que lui et moi on pouvait se comprendre. J’avais vécu des choses par le passé qui ont fait que je suis devenu ainsi à présent, et qui ont fait aussi que je ne voyais pas les autres, mes semblables ou autres, comme des personnes dignes de confiance. Je tuais pour le plaisir, mais aussi parce que je trouvais le monde insignifiant. Heureux ? Que ça ne me fasse pas grand chose ? Si.. au contraire… Il pensait de travers…. Et surtout il allait partir. Non. Pas tout de suite.

Alors qu’il s’était déjà relevé pour rentrer chez lui, J’attrapais son poignet et le retins bien fermement. M’aidant du mur derrière moi, je me redressais aussi. « Où est-ce que tu vas ?… Et qu’est-ce que tu racontes depuis tout à l’heure ? » Ma prise sur son poignet était assez forte. Je me rapprochais du Zombie. « Je ne sais pas où tu es allé chercher tout ça. Mais t’as mal compris. » Je me mis en face de lui. « Je n’aime personne… Enfin… C’est ce que je pensais… J’ai vécu des choses dans ma vie qui ont fait que comme toi, j’ai trouvé les humains insignifiants, juste bon à se bouffer les uns les autres pour des histoires de pouvoirs, de sous ou autres… J’ai grandi avec cette espèce de rancoeur. Je ne suis pas non plus quelqu’un avec une âme pleine de sentiments. J’suis comme vide de tout ça… » Je parle trop. Je marquais une pause. Je poussais un léger soupir. « Ce que je veux dire, c’est que t’as changé tout ça. T’as bousculé ce que je suis au plus profond de moi-même. Je ressens des choses que je ne connaissais pas… Je ne peux même pas mettre de mots dessus… T’as attiré ma curiosité, suscité mon admiration… Tu m’as intéressé… Je ne peux pas te tuer parce que… T’es pas comme les autres… T’es différent… » 

Je mis ma capuche aussi, et fermais un peu plus ma veste, sentant que je devenais presque comme une serpillère. Je ne quittais cependant pas le Zombie des yeux. « Et tout à l’heure, je parlais… de ce qui pourrait nous arriver en étant ensemble. Mais oui, je m’en fous des conséquences que cela peut avoir… Tu piges mieux ? Que ça plaise ou pas aux gens, j’en ai rien à foutre. Où et quand j’ai dit que je voulais oublier, ou te voir partir ? Et puis t’as dit toi même que tu voulais pas ou pouvais pas oublier… » Je poussais un nouveau soupir passant un peu ma main sur mon visage. « M’embrouille pas… »

Je finis par prendre de nouveau son poignet et l’entraîner dans une autre direction que celle qu’il voulait prendre, l’emmenant presque de force chez moi. J’en avais marre de la pluie. Et à rester ainsi on allait être dégoulinants de flotte. Je lui tenais fermement son poignet, comme pour lui faire comprendre qu’il n’avait pas intérêt à tenter de partir ailleurs.

Revenir en haut Aller en bas
Kanzaki Ryû

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Let's See How Long This Game Will Last
Là où tout finis ...
Ryû pouvait sentir les gouttes de pluie s’alourdir lorsqu’elles tombaient sur lui. Comme si ces petites perles d’eau se transformaient peu à peu en de minuscules billes de plomb tombant lourdement sur sa tête et ses épaules. Elles pouvaient presque traverser le tissu de ses vêtements pour atteindre sa peau. Et même malgré les tonnes de couches de vêtement qu’il avait, il avait cette impression d’être trempé tout entier. D’autant plus que l’eau était assez fraiche en plus du vent qui s’ajouter à tout ça. Le jeune zombie commencer à se glacer peu à peu mais cela lui importait peu maintenant. Il pouvait être frigorifié sur place qu’il n’en avait rien à faire. Même tomber malade peut être pour lui cela n’avait plus la moindre importance. Quelle andouille … Il avait dit qu’il fallait qu’ils s’oublient mutuellement mais comment cela était-il possible ? Pour Ryû, effacer Haruto de sa mémoire serait bien trop difficile voire même impossible … Il allait devoir vivre avec ça ou bien emporter ces souvenirs dans la mort. Tout avait démarré d’une guerre entre eux où seul la mort devait s’en suivre mais au final tant d’émotion se cachait dans le cœur du zombie. Tant d’émotion qu’il avait mis longtemps à réaliser.

Peut-être avait-il était un peu fort en avouant ne pas faire confiance aux humains et qu’il s’agissait de la pire espèce qui existe mais il le pensait depuis bien longtemps … Avant même de se relever de son long sommeil, lorsqu’il était encore jeune à l’abandon de ses parents jusque dans cet orphelinat puis cet asile. Les gens le pensait fou ? La seule chose qu’il avait réalisé c’est que la véritable folie n’est pas un crime, seules les personnes sans l’once d’un sentiment se doivent d’être punies. Les personnes qui n’hésiteraient pas à marcher sur les autres pour atteindre leur but, cette foutue hiérarchie … Les zombie ne voyaient pas les choses de la même manière, certes aux yeux de la population ce sont des monstres et pourtant laquelle des deux races est la plus vile ? Il voulait le faire partager il n’avait pas pu retenir ses mots mais il ne pouvait plus faire marche arrière maintenant. Une vague de tristesse le secoua subitement mais le zombie se devait de retenir ses larmes, il devait rester fort et fière. Surtout lui qui n’aimait pas perdre la face ce serait mal venu de sa part …

La pluie battait de plus en plus fort et n pouvait presque croire à une tempête qui se lève. Le froid transperça le corps de Ryû faisant trembler ses membres, mais le zombie n’en fit rien continuant de tenir la route. Mais alors qu’il allait faire un pas pour partir il sentit qu’on lui enserrer le poignet assez fortement ce qui le força à se stopper. Le temps s’arrêta une nouvelle fois et les gouttes semblaient ralentir leur course comme si elles ne voulaient pas atteindre le sol. Elles ressemblaient un peu au zombie en ce moment. Ralentir pour éviter de s’éloigner trop vite, ce sentiment de vouloir inverser le temps pour que les choses n’est pas à se passer ainsi. Au fond de son cœur Ryû était perdus dans tous les évènements, il ne fit rien pour se débattre ou utiliser la force pour partir il resta immobile un moment et son cœur se remis à battre rapidement. Un sentiment de soulagement mais aussi une pointe d’espoir dans ce qui était en train de se passer. Le zombie ne put s’empêcher de tourner le regard pour le poser sur son poignet et cette main qui le retenait. Il suivit le long de son bras des yeux avant de les poser sur le visage d’Haruto. Il le fixa un moment et ce dernier tenta de se relever difficilement malgré les blessures ce qui lui fendit un peu plus le cœur … Et dire que c’est lui qui lui avait fait tout ça … Il s’en voulait tellement.

Au final le zombie fit volte-face pour se retrouver devant le bandé. Il ne pouvait s’empêcher de détailler ses traits et certaines gouttes de pluies se glissant dans ses cheveux pour terminer leur course aux pointes et retomber lourdement au sol. La question du bandé surpris Ryû qui ne comprenait pas ce qu’il essayait de faire. Où il allait ? Il rentrait chez lui ce n’est pas ça qu’il voulait ? Le Frat’boy l’assaillait de question déstabilisant toujours un peu plus le zombie qui continuait de le fixer dans les yeux. La fierté dominait toujours mais pour combien de temps ? La prise autour de son poignet se resserrer forçant Ryû à poser le regarde sur la main de son vis-à-vis. Un rapport de force peut être qui plut particulièrement au zombie, il reprenait peu à peu son émotion de départ. Le yakuza repris disant qu’il avait mal compris … Alors cela serait dû à un mal entendus ? L’émotion, l’angoisse et peut être le manque de confiance lui aurait fait pensé des choses fausses ? Peut-être était-ce trop beau pour être vrai c’est sans doute pour ça qu’il s’avouait déjà vaincus … Le zombie se tourna entièrement pour pouvoir faire face au Frat’boy qui en fit de même. Le zombie était comme fixer au sol refusant de partir et même sans cette main qui le retenait il serait sans doute rester ici également.

Il n’aimait personne … D’un côté il était soulager car comme ça il était sûr que personne n’aurait l’idée de le lui dérober son précieux Haruto mais d’un autre il faisait partie de ce lot … Avant de porter de conclusion trop hâtive comme il avait l’habitude de la faire si souvent, le zombie se tut et décida d’écouter la suite de la phrase du blond en face de lui. Apparemment Ryû n’était pas le seul à voir que les humains avaient beaucoup plus de mauvais côté … A l’entendre parler on dirait qu’il est totalement déphaser avec ce qu’il est, qu’il ne se compte pas comme l’un d’eux. Ryû ne le voyait pas comme tous ces monstres, il avait l’air différent d’eux … Quelque chose en lui changer et c’est ce qui l’avait poussé à lui ouvrir son cœur. Le discours du yakuza fit accélérer le cœur du zombie qui pencha légèrement la tête assaillis par un sentiment d’espoir bien plus fort. Il était particulièrement touché par les paroles du bandé qui faisait sans doute un effort pour lui faire partager ses ressenties. Choses qui sans doute étaient rare pour le yakuza. Ryû en prit conscience et se rapprocha pour l’aider à fermer sa veste voyant que le Frat’boy tentait de se protéger du froid et de la pluie battante. Il s’en voudrait s’il attrapait la crève … Le zombie arrêta bien vite son geste en se rendant compte de ce qu’il était en train de faire. Instinctivement il avait eus ce mouvement mais n’avait pas vraiment réfléchis à comment il pourrait le prendre.

Le zombie n’avait pas dit mot jusqu’à maintenant préférant écouter la voix de son interlocuteur captiver par ses paroles. C’est alors qu’il comprit qu’il avait fait une erreur tout à l’heure … Il avait compris de travers les paroles de l’autre blond et le regrettait terriblement. Il se mordit la lèvre de culpabilité comme pour ce punir de tout ce qu’il avait pu dire. Il resserra un peu plus ses dents sur ses lèvres à mesure que le yakuza lui dévoilait tout ce qu’il avait derrière la tête … Quel con alors … Il ne l’avait pas compris comme ça, la manière dont il l’avait dit et surtout le manque d’intérêt qu’il avait suscité … Sans savoir tout ça il aurait pu passer à côté de quelque chose d’étonnement important … Pour la première fois depuis bien longtemps le zombie baissa les yeux sous la faute qu’il avait commise … Néanmoins ses yeux se relevèrent rapidement vers ceux de son interlocuteur lorsqu’il lui rappela qu’il avait lui-même dit qu’il ne pouvait pas l’oublier … C’est vrai il n’aurait jamais pu … Le yakuza avait l’air plus que confus et embrouiller par tout ça comme il l’avait si bien dit. Le zombie le regrettait tellement …

« Je ne savais pas que tu parlais de ça …  » Avoua le zombie sans oser regarder le yakuza en face. « Non, je n’aurais sans doute pas pus oublier, même pas faire semblant …  » Dit-il en fixant le pendentif de son vis-à-vis. « Je t’avoue que j’ai peur de faire confiance aux humains, et tout ça était tellement parfait pour être vrai que j’ai mal reformuler tes propos … » Admit le zombie en regardant Haruto dans les yeux à nouveau le fixant d’un air assez dérouté. « De plus je ne pense pas mériter ça, je ne pense pas avoir le droit à une quelconque attention de la part de qui que ce soit, cela me paraissait impossible. Je suis un zombie après tout, une erreur de l’humanité et après tout ce que j’ai dit, je comprends que tu sois perdus ou que tu es envie de te venger … Je suis sincèrement désolé pour tout ça …  »

Le zombie se tut et ne put pas reprendre ses explication que le bandé reprit son poignet pour l’emmener à contre-sens de là où il comptait aller. La surprise le gagna puis un peu d’angoisse. La confiance était quelque chose de difficile à donner et pourtant il l’avait fait pour un humain. Les créatures qu’il méprisait ou plutôt en lesquelles il n’avait pas foi. Mais pourtant il avança dans la même direction refusant de reproduire une nouvelle fois la même erreur. Il n’avait aucune idée d’où il voulait l’emmener, cela pourrait être un piège ou allait-il peut être le livrer directement à son clan qui se chargeras de son sort. Il pourrait même mourir après ça mais si la dernière personne qu’il voyait en fermant les yeux dans un sommeil éternelle était Haruto il acceptait son sort, tout comme il avait fait en venant ici au début de la soirée. Mais même s’il pouvait se laisser emmener sans résistance et les yeux fermé il voulait savoir ce qui l’attendait après ça.

« Dit-moi, maintenant que tout est clair ou presque … Que comptes-tu faire ? » Demanda le zombie qui redoutait que le clan d’Haruto lui réserve une mort lente et douloureuse suite à sa trahison. Il avait tellement peur de ce qui pourrait lui arriver par sa faute … Ils ne les laisseraient pas faire. « Et surtout qu’est-ce que tu comptes faire de moi ? » Une des questions qui démangeait le zombie depuis le début. Même si le yakuza lui avait dit qu’il n’en savait rien, le zombie voulait une réponse … Il voyait les rues et les décors défiler devant ses yeux se demandant où il avait bien pus l’emmener. « Je peux savoir au moins où est-ce que tu veux m’emmener et dans quel but ? »

Le zombie posait beaucoup de questions mais il ne savait même pas s’il allait avoir une réponse ou non au final. Cela lui faisait un petit peu peur d’ailleurs, il ne reconnaissait pas ses rues et la lune ne parvenait pas à bien éclairer tous les recoins de ces avenues … Sur leur route Ryû ignora les quelques personnes cammouflés dans les coins sombres, son regard était poser sur le dos du yakuza. Il se débrouilla pour parvenir à sa hauteur au moment où ce dernier arrêta sa marche en face d’un bâtiment. Le scientifique se mit alors en face d’Haruto désirant regarder son visage en s’adressant à lui.

« Tu es sûr que tu ne regrettes rien … » Demanda Ryû comme pour être sûr qu’aucun des deux ne souffrira par la suite. « Rappelle-toi de ce que je suis, un zombie. Je ne veux pas que tu es à en souffrir tu es prêt à surmonter les dangers ? Mais quoi qu’il arrive je veux que tu sache que tu n’es plus seul. Mais je ne veux pas que tu es de remords, le fait que tu en souffre est bien la dernière chose que je souhaite …  »


100x100

Ft.

haruto
100x100

Our Story.

Ennemis, ils se rencontrent sans doute pour la dernière fois ... Du moins c'est ce qu'ils croient ...
100x100

And...

Voilà mon long pavé en espérant que tu apprécie !

© Narja - Never-Utopia

_________________

« Sweet dreams are made of this »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


IDENTITY CARD
Revenir en haut Aller en bas
 

FT RYÛ || Let's See How Long This Game Will Last

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Un combat long....très long !!
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CUM SPECTRIS ET MORTE VIVERE :: ✖︎ WEST : Z. ZONE ✖︎ :: QUARTIERS DE DIVERTISSEMENTS :: Sinsadong-