AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heo Naoya ★ when precious things go away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité


IDENTITY CARD

Heo Naoya

feat. Ishihara Lee Takamasa (MIYAVI)



Identity Card
ÂGE & SEXE
33 ans, Masculin.

ORIGINE
né le 14 Septembre 1981 à Séoul, en Corée du Sud.

EMPLOI / ETUDES
Militaire.

SITUATION ACTUELLE
Célibataire.

GROUPE + PARTICULARITÉS
✘Frat'Boys

QUALITES
✘ poli
✘ sportif
✘ franc
✘ souriant
✘ sociable
✘ altruiste
✘ ambitieux
✘ attentionné


DEFAUTS
✘ intransigeant
✘ autoritaire
✘ bagarreur
✘ sans pitié
✘ fier
✘ fêtard
✘ jaloux


Your Story
Caractère
Au premier abord, on voit le coréano-japonais comme un homme respectueux, poli, attentionné avec une touche de narcissisme présente en lui, mais cela n’est véritablement plus qu’une image qu’il n’arrive parfois plus à tenir. Son cœur est rempli de haine et ce qu’il attend, c’est de se venger. A présent, Naoya est du genre intransigeant et autoritaire. La guerre en Irak l’a endurci et dû aux événements, il aime maintenant de plus en plus se battre et le mot « bagarreur » n’est pas là par hasard. Le jeune homme a toujours bien apprécié se battre. Il ne gagne pas forcément à tous les coups, mais sait parfaitement se défendre grâce à son côté sportif ; il pratique le kick-boxing, fait du jogging et parfois de la danse. Il a également développé une part de sadisme et s’en prendre aux autres n’est plus un problème pour lui. Il est sans pitié et n’hésite pas une seule seconde s’il doit presser la détente.

Naoya est un garçon qui est très franc. S’il a quelque chose à dire, que cela soit en bien ou en mal, il n’hésitera pas à le dire, quitte parfois à être blessant. Il est aussi quelqu’un d’ambitieux et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Il veut toujours donner le meilleur de lui-même, redoublant d’efforts pour arriver aux buts qu’il se fixe dans la vie et jamais ne renoncera-t-il. Pour lui, si on tombe en chemin, cela n’est pas une honte si l’on parvient à se relever et à se battre encore plus fort. Il n’aime pas les faibles qui s’apitoient sur leur sort en ne faisant rien pour arranger ce qui les rend faibles. Tout est uniquement dans la tête et c’est avec l’envie de s’en sortir que l’on réussi.

Néanmoins, il n’est pas aussi méchant qu’il veut le montrer et qu’il ne peut le paraître, mais il ne l’avouera jamais. Il possède une certaine fierté, un certain égo, qui peut parfois agacer. Ses faiblesses à lui ? Il les cache, les enfouies, les enterres, au plus profond de son âme pour n’en éprouver que de la haine. Et cette haine le ronge et le rend fou. Des cauchemars l’assaillent la nuit et la journée ses yeux peuvent vite perdre de leur hargne, laissant place à une véritable douleur. Sauf qu’il trouvera toujours le courage de se réarmer, de se blinder, pour continuer à courir.

Mais il n’est pas forcément toujours très sérieux. En effet, il aime sortir pour boire, fumer, faire la fête et draguer filles et garçons qui lui tapent dans l’œil. Durant son adolescence, on lui a souvent reproché son côté je m’en foutiste et légèrement rebelle car il ne souhaitait pas entrer dans le moule de la société comme peuvent en témoigner ses très nombreux tatouages. Ces derniers sont toute sa vie. En effet, à chaque évènement important qu’il lui arrive, il se doit de l’inscrire sur son corps, pour ne jamais oublier. Et ne jamais oublier, ça, il sait très bien le faire.

A côté de tout cela, le garçon est souriant, sociable et plutôt altruiste. Il sait comment se reposer et c’est généralement en jouant de la guitare qu’il parvient à oublier l’espace de quelques temps tout ce qui l’entoure. Il gratte les cordes de son instrument, chantonnant parfois et le voilà déconnecté du reste. Il y a également l’écriture qui lui fait du bien, même si bien souvent de fois il dépose ses maux sur un bout de papier.

Et dans ses relations amoureuses, comment se comporte-t-il me dites-vous ? Il a une tendance à la jalousie, mais il se modère et n’en vient jamais à se tourner en ridicule. S’il est sincèrement amoureux, il se montre attentionné et complice de sa copine ou de son copain. Il peut être maladroit dans ses gestes et ses paroles, cependant il a toujours de gentilles attentions qui font plaisir (des compliments, des petits cadeaux…). En retour à cela, il aime l’humour et la tendresse, deux choses qu’il recherche réellement chez l’autre.

Histoire

Séoul Septembre 1981 à Février 1994

Naoya vit le jour dans un hôpital de la Corée du Sud d’une mère japonaise et d’un père coréen. La jeune femme avait eu une grossesse compliquée et avait du rester alité pendant de longues semaines, mais le futur père n’avait pas fait grand-chose pour l’aider, n’ayant pas voulu d’un enfant. « Tu vois, je t’avais bien dit que tu n’aurais pas du le garder ! Même pas né et il nous créé déjà des ennuis… Comment est-ce que tu vas faire pour travailler maintenant ? » Il n’était bon que pour faire des réflexions et même n’avait-il pas été présent lors de l’accouchement. Il avait déclaré qu’il avait beaucoup de boulot… mensonge, évidemment. Ce fut la jeune maman qui donna son nom à Naoya, en l’honneur de son grand-père qui était décédé à peine une semaine auparavant.

Dès lors que le petit garçon arriva dans la demeure familiale, son père ne lui porta que très peu d’attention, se contentant simplement de le regarder une fois de temps à autre et de déclarer à sa femme qu’il lui ressemblait bien trop, ce qui ne lui plaisait absolument pas. Naoya avait les yeux de son père ainsi que son nez et ses cheveux sombres. Enfant, il était plutôt potelé, avec de bonnes joues rebondies et adorables, comme le disait les amies de sa maman. Il grandit donc dans l’absence quasi-totale de figure paternelle à laquelle se raccrocher, et Dieu seul sait combien un petit garçon a besoin d’un papa. Il n’en fut toutefois pas malheureux dans les premières années de sa vie, mais quand il entra à l’école, il devint envieux des autres enfants de son âge. Pour quelle raison ? Leur père venait les récupérer après l’école et des camarades de sa classe racontaient tout ce qu’ils faisaient avec leur père. Jouer au ballon, construire des cabanes, faire des origamis… Et quand on lui demandait à lui ce à quoi il s’amusait avec son parent, il se sentait extrêmement mal à l’aise et répondait un timide « rien, il a beaucoup de travail »… Ce qui était vrai, dans le fond, son père était militaire, dans l’armée, mais il y avait bien des soirs où il était à la demeure familiale et aurait pu venir récupérer et passer du temps avec son fils.

Néanmoins, à l’exception de sa relation difficile avec son père, Naoya eut une enfance et un début d’adolescence plutôt calme. Il travaillait assez bien à l’école, même s’il rêvassait parfois et adorait faire le pitre pour amuser la galerie. Il avait plusieurs amis, s’entendait globalement bien avec les autres élèves et les professeurs semblaient satisfaits de lui. Rien n’était donc à redire dans l’éducation que lui avait donnée sa mère. Bien sûr, les événements n’auraient jamais pu se poursuivre ainsi, sans aucun souci. Un soir, le père de Naoya rentra de l’une de ses éprouvantes missions à l’étranger, et il annonça la mauvaise nouvelle : une mutation au Japon. Le garçon fut tout de suite réticent et ne manqua pas de le dire à ses parents, mais il n’avait pas un réel autre choix que de les suivre dans ce nouveau pays dont il portait pourtant les origines.


KyotoFévrier 1994 à Avril 2002

Étant bilingue depuis son plus jeune âge, Naoya n’eut aucun problème en ce qui concernait la langue, mais il eut davantage d’ennuis pour tout le reste. Il n’avait pas voulu quitter le pays qui l’avait vu naître, car toute sa vie était là-bas. Ses amis lui manquaient surtout et même en suppliant à genoux ses parents de le laisser en pensionnat en Corée afin qu’il puisse poursuivre ses études, ils n’acceptèrent pas et Naoya suivit avec pour conseil de ne pas l’ouvrir davantage.

La petite famille s’installa dans une maison humble dans un quartier plutôt paisible. Les transports en commun ne passaient pas bien loin de là, et il y avait des proximités avec à peu près tout. Les cartons se déballèrent donc au fur et à mesure des semaines et cette nouvelle vie redémarra progressivement. Sa mère retrouva rapidement du travail dans une crèche du centre ville tandis que son père repartit en mission pour l’armée. Quant à l’adolescent, il fut immédiatement réinscrit dans une école pour qu’il termine son année… qu’il redoubla, car il séchait très souvent les cours. Il n’aimait pas cette nouvelle vie, ne s’y faisait pas du tout, et il ne manquait pas de le faire savoir à tous ceux qui l’entouraient.

Bagarreur, il trouva refuge dans une certaine forme de violence pour calmer ses nerfs à vif. Il se mit aussi à fumer durant cette période (et pas toujours que des cigarettes), à répondre à ses parents et à s’habiller dans le style gothique. Il n’était pas spécialement méchant, mais il n’en faisait qu’à sa tête, cependant, et fort heureusement, cela ne lui dura guère trop longtemps. Un peu moins d’un an plus tard, il avait compris que pour se bâtir un avenir il devait cesser ses enfantillages. (Il se rendit surtout compte que ses amis coréens n’en avaient plus rien à faire de lui et qu’il se faisait du mal tout seul et pour rien.) Néanmoins, il n’y eut pas que cette prise de conscience qui le fit changer de comportement.

En effet, sa mère était de plus en plus mal, et elle tomba malade lorsque le garçon avait seize ans, mais personne ne savait ce qu’elle couvait. Les médecins déclaraient que cela était du à un surmenage parce qu’elle travaillait trop, mais Naoya n’était pas du même avis quand il voyait sa mère très pâle, avec des montées de fièvre dont on ignorait la cause et ce regard dans le vide qu’elle possédait. Son père, quasiment jamais là à cause de ses diverses missions dans l’armée, le garçon fut donc contraint de s’occuper d’elle et de faire la plupart des choses dans la maison. Il tentait de prendre soin d’elle tout en travaillant ses cours, mais ce n’était pas tous les jours facile. Il en voulait énormément à son père de ne pas être là, car il était déjà trop âgé pour continuer à être dans l’armée. Il fallait qu’il prenne sa retraite, mais il ne semblait pas décider à lâcher prise. Pour Naoya, cet homme n’était qu’un lâche et il développa petit à petit une haine sans égale envers lui. Il n’avait jamais été présent pour lui, et le peu de fois où il avait été là cela avait été pour le descendre plus bas que terre, et il reproduisait le même schéma avec sa femme. Il le détestait, ni plus ni moins.

Pendant plus de trois ans, la vie fut relativement compliquée pour le jeune homme. Sa mère ne guérissait pas et s’affaiblissait de jours en jours, mais il était devenu difficile de vivre uniquement avec la paye de son père. Naoya devait donc se trouver un emploi à temps partiel, après ses heures de cours et concilier les deux du mieux qu’il le pouvait. Il ne s’en plaignait pas, au contraire, il donnait tout ce qu’il avait pour gagner de l’argent afin de payer les frais d’hospitalisation réguliers de sa mère, et étudiait avec acharnement, car il avait pour but de devenir médecin. Si aucun de ces derniers ne trouvaient la maladie de sa mère, alors lui le ferait.

Ce fut l’année où il obtint son diplôme de lycée que les choses se gâtèrent. Sa mère était hospitalisée depuis plus de quatre mois, sa santé se dégrada rapidement et, peu de temps après, Naoya apprit son décès. Le choc fut dur à encaisser et la relation avec son père explosa complètement. Pour lui, il n’avait jamais été présent et ce fut ses quatre vérités qu’il se prit en plein visage. Cependant, Naoya fut aussi touché par les mots de son géniteur : « Je savais que ta mère n’aurait jamais du te garder lorsqu’elle est tombée enceinte. Je ne t’ai jamais voulu mon pauvre garçon. » Des mots qu’il n’oubliera jamais.

Un an supplémentaire s’écoula avant qu’il ne soit majeur. Pendant ce temps, il se prit d’amour pour une vieille guitare qui sonnait étrangement bien malgré le fait qu’elle se trouvait dans une benne à ordures. La musique le passionna plusieurs mois, l’aidant à faire son deuil et à se relever des mots terribles proliférés par cet homme qu’il avait du appeler « papa ». Il n’y eut pas que cela, mais aussi des fêtes à tout va, des conquêtes féminines et masculines à tout va et le retour à la violence. Se battre faisait parti de son quotidien pour échapper un peu à ses pensées qui l’assaillaient horriblement. Mais comme toujours, il y avait une partie en lui plus réservée, plus sérieuse, et ce fut grâce à cela qu’il continua de travailler de temps en temps et qu’il dénicha une université de médecine sur Séoul pour l’année 2002.

Séoul Avril 2002 à Septembre 2007

De retour dans son pays natal, Naoya intégra donc la faculté de médecine l’année qui suivit. Il avait réussi à se dégoter un petit studio non loin du centre-ville grâce à son argent mis de côté ainsi que grâce à la vente de la maison familiale. Son père avait décidé de se retirer à la campagne et il n’avait pas besoin d’une maison très grande pour lui tout seul. Installé seul, il voyait la vie différemment et se sentait beaucoup plus libre même s’il fallait qu’il sorte moins pour se consacrer à ses études. Il savait qu’il en avait pour sept longues années, et redoubler ne faisait absolument pas partie de ses plans.

Mais dans tout ça, où en était-il au niveau sentimental ? Il eut quelques relations qui ne durèrent guère longtemps, garçons comme filles, mais il ne dénicha pas la perle rare avant ses vingt-quatre ans. Alors en stage chez un médecin pour l’assister, durant deux semaines, la charmante secrétaire et lui tissèrent un lien plutôt étrange. Ils se chamaillaient gentiment sans cesse, s’adressaient des sourires et des regards en coin, sortaient boire un verre de temps en temps ensemble ; et tout cela se passa très vite. Pour le jeune homme, c’était la première fois qu’il tombait vraiment amoureux de quelqu’un et il n’attendit pas plus d’une semaine après la fin de son stage pour lui avouer ses sentiments. A son plus grand bonheur, ils étaient réciproques, et débuta alors une histoire d’amour comme il n’en vivra plus jamais aucune.

Ils passaient tout leur temps libre ensemble, étaient très amoureux, et envisageaient des projets d’avenir sérieux ensemble. Ils emménagèrent tous les deux au bout de huit mois de relation dans un appartement se situant dans les alentours de la capitale et ils commencèrent peu à peu à parler de mariage et d’enfants. Cependant, cette idylle devait être trop belle et parfaite pour qu’elle puisse continuer. En effet, la guerre d’Irak, qui avait débutée depuis plusieurs années déjà, avait besoin de renfort et la jeune femme y fut envoyée en tant que médecin car elle s’était proposée volontaire bien avant sa relation avec Naoya. Ce dernier ne l’y empêcha pas, mais ce fut avec une terrible boule au ventre qu’il l’avait laissée s’envoler…

Tandis qu’elle se surmenait pour guérir les blessés là-bas, lui poursuivait ses études en Corée, s’inquiétant nuit et jour pour celle qu’il aimait. Puis vint la terrible nouvelle : elle s’était trouvée au mauvais endroit, au mauvais moment. Une grenade, une bombe enterrée sous le sol, avait eu raison d’elle et de nombreux soldats. Le chagrin du jeune homme était tel qu’il ne pouvait plus sortir de chez lui. Il ne mangeait plus, ne bougeait plus, et n’arrivait pas à se relever de cet épisode tragique. Il commença doucement à détester la guerre, et à haïr encore plus son père militaire.


Irak Septembre 2007 à Septembre 2008

Pourtant, deux ans après cela, à son tour, il fut envoyé en Irak. Pour quelle raison ? Il avait décidé de s’engager dans l’armée, abandonnant sa carrière de médecin et les trois années d’études qu’il avait déjà décrochées. Il était parvenu à aller de l’avant après des jours à se laisser mourir, et sa haine envers toutes ces personnes étaient plus grande que jamais. On ne pouvait pas dire qu’il prenait véritablement du plaisir à user de ses armes face à ses ennemis, mais cela le soulageait à chaque corps qu’il faisait tomber dans la boue. Naoya ne vivait désormais plus que pour venger celle qu’il avait aimé et qu’on lui avait si sauvagement arraché ; elle n’était qu’une personne qui soignait les blessés, on n’avait pas le droit de s’attaquer à elle – d’autant plus qu’elle était une femme.

A son tour donc, il lutta pour son pays afin d’aider les pays voisins pour exterminer la menace, mais il luttait aussi pour sa propre justice. Son caractère se forgea totalement durant cette année passée loin de chez lui. Il devint beaucoup plus fort et intransigeant. Il frôla aussi la mort de très près un soir durant l’été. Encore, des bombes… Disposées çà et là sur le champ de bataille, cachées des yeux des soldats, explosant dès que l’on avait le malheur de s’en approcher de trop près. Le garçon parvint à en désarmer une et à sauver plusieurs vies. Il dit aujourd’hui que ce miracle s’est sans aucun doute grâce à sa petite amie.

Séoul Septembre 2007 à aujourd’hui

Peu de temps après cela, la Corée du Sud se retira de la guerre et les survivants purent rentrer chez eux, couronnés de gloire. Malheureusement, les pertes avaient été considérables et les survivants n’étaient guère nombreux. Connaissant les prouesses et la dévotion qu’avait mis Naoya durant cette longue période, il fut justement récompensé et gravit peu à peu les échelons de l’armée de terre.

Néanmoins, une nouvelle épidémie fut bientôt ébruitée dans toute la ville et cela sonna comme le glas dans l'esprit de Naoya : il devait éliminer les zombies de Séoul. Curieusement, il déversa sa haine dans cette quête et il se mit à détester cette nouvelle espèce qui tuait pour vivre. Il avait vu des horreurs durant l'année qu'il avait passé en Irak, mais ces horreurs n'étaient pas telles que cette épidémie. Il vit des zombies s'en prendre à des personnes aussi vivantes que lui, même si cela n'était pas dans leurs droits, et cela ne fit que raviver l'injustice déjà présente en lui. Des personnes innocentes ne pouvaient pas tomber de la sorte. Alors lui ferait sa propre justice pour toutes les évincer. Pour le jeune homme, toutes ces abominations étaient désormais dans un seul et même panier. Il avait trouvé une nouvelle raison de se battre.

Player Profile
Pseudo : Shina.
Age : 20 ans.
Comment avez-vous découvert le forum ? : Via partenariat.
Présence : 4/7 jours.
Petit mot gentil/Avis sur le forum/commentaire/blabla : J'ai hâte de pouvoir jouer ici, j'espère que vous apprécierez mon personnage ^o^ !

Revenir en haut Aller en bas
Kim Do Hyeong
Member of the Month ~ ♥︎

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi~ ♥️

Je vois que tu as déjà bien avancé sur ta fiche! Je te souhaite donc bon courage pour les derniers paufinages!~
Et bienvenue, c'est évident!
Au plaisir d'un lien et d'un rp avec toi lorsque tu seras validé! :129:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Merci beaucoup, Do Hyeong ! Un lien et un rp seront avec plaisir, petit zombie que tu es ^o^.
Revenir en haut Aller en bas
Moon Dak-Ho
Member of the Month ~ ♥︎

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur
Wouhoooou bienvenue!! :134:
Je connais pas trop ta célébrité mais, mon avatar déchire!! :133:
FIGHTING :161:

_________________
I think of you.I haven't slept.I think I do.But I don't forget.My body moves.Goes where I will.But though I try my heart stays still.It never moves.Just won't be left.So my mouth waters, to be fed.And you're always in my head ► Always in my head, Coldplay.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Je ne connais pas ton avatar non plus, mais j'aime beaucoup sa bouille :3.

Merci beaucouuuup !
Revenir en haut Aller en bas
Moon Dak-Ho
Member of the Month ~ ♥︎

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur
God j'ai marquer mon c'est "ton avatar déchire"
Sorry T.T
XD :141:
Revenir en haut Aller en bas
Lim Chul Hei

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/
Shina ... Shina OO ton pseudo me parle vachement OO je te connais ! C'est sur OO mais de ou ? XDD en tout cas ! Bienvenue ici ^^ j'espère que tu vas te plaire sur le forum ! Courage pour ta fiche ! :124:


PS : AAAAAH ! MAIS OUIIII JE TE CONNAIS ** CONTENTE DE TE RETROUVER ICI ! Huhu :129:

_________________
+we sloow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Dak-Ho : Pas de soucis, je m'en suis doutée XD !

Chul Hei : OwO Natia ! Effectivement, on se connait, tu te souviens de Pyo Pyo *meurt* ?
Merci beaucoup pour ton accueil, petit zombie que tu es... héhé ♥
Revenir en haut Aller en bas
Lim Chul Hei

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur http://calix-sanguinis.forumactif.org/
Mais oui ! Pyo Pyo ** my love ! Je me suis fait tatouer "PYO PYO FOREVER" sur moi voyons ** 

En tout cas, c'est cool ! Faudra se faire un lien ! Même si ... Ca ne sera pas aussi mignon et remplit d'amour comme avec Pyo Pyo OO xDD. N'empêche ! Ce couple était classe 8D enfin couple . . . XD

_________________
+we sloow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Haha, je n'en doute pas XDD !

Oui, le lien sera avec plaisir et il risque d'être intéressant, vu que Naoya s'est mis dans la tête de tuer tous les petits zombies :D. (C'est clair qu'on avait fait un sacré pairing avec Pyo Pyo et Gabriel XD !)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Bienvenue !
Tu me fais flipper avec ton avatar, mais sinon je t'aime bien. What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Si ce n'est que l'avatar, alors ça va XD !

Merci pour ton message d'accueil !
Revenir en haut Aller en bas
Park Dae Jung
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur
MIYAVI OMG *-*
Bienvenue sur le foruuum !! :39:

Je viens de finir de lire ta fiche et... ROH. Il en jette ton personnage !!
Et puis... UN FRAT'BOYS *-* :34:

Il y a juste un élément qui me dérange :

Citation :
Néanmoins, une nouvelle épidémie fut bientôt ébruitée dans toute la ville et cela sonna comme le glas dans l'esprit de Naoya : il devait éliminer les zombies de Séoul. Curieusement, il déversa sa haine dans cette quête et il se mit à détester cette nouvelle espèce qui tuait pour vivre. Il avait vu des horreurs durant l'année qu'il avait passé en Irak, mais ces horreurs n'étaient pas telles que cette épidémie. Il vit des zombies s'en prendre à des personnes aussi vivantes que lui, même si cela n'était pas dans leurs droits, et cela ne fit que raviver l'injustice déjà présente en lui. Des personnes innocentes ne pouvaient pas tomber de la sorte. Alors lui ferait sa propre justice pour toutes les évincer. Pour le jeune homme, toutes ces abominations étaient désormais dans un seul et même panier. Il avait trouvé une nouvelle raison de se battre.

=> Ca se placerait en 2001... j'aurais rien dit ! Mais... Comme tu mets ça en 2007 jusqu'à Aujourd'hui, ça m'embête un peu ! :/
Les Zombies ne sont pas les éléments à éliminer. Surtout si tu es un frat'boys.
Je vais me préciser, parce que je pense aussi que je ne suis pas claire XD  

Ton personnage, s'il est Frat'boys, oui, il n'aime pas les Zombies. Mais les militaires n'ont pas eu comme ordre d'éliminer les Zombies.

Ce qui s'attaquent à tout le monde, dans mon contexte, et la manière d'une "invasion zombies" à la World War Z ou à la The Walking Dead, ce sont les Possédés.

Je m'explique :

Zombies, ici : ils vivent cachés de la société. Le sérum qu'ils prennent tous, est là pour leur donner une apparence normale. Ils parlent comme tout le monde, et agissent comme tout le monde. Certes la seule chose qui puissent les nourrir c'est la chair humaine, mais pour s'en procurer, ils agissent un peu comme les charognards tu vois. Ils vont pas s'attaquer à des passants dans la rue, aux yeux de tout le monde. C'est de nuit plutôt, et leur victimes sont plutôt du type "vieux clochard vivant sous un pont que personne n'a remarqué"

Possédés : cadavre humain qui est habité par un esprit démoniaque et qui, oui, pour le coup s'attaquent à n'importe qui : femme, enfant, homme, vieux, jeunes etc. Si tu as en tête The Walking Dead par ex, pour les Possédés ça colle, sauf que ce ne sont pas ce que moi, ici, j'appelle Zombie

XD Je sais ça prête à confusion !! Mais je tenais à refaire la précision.

Sinon franchement, il est géant ton personnage *-* Je l'aime beaucoup et je pense que je viendrais te réclamer des liens kkkk :39:


EDIT : J'AI OUBLIE !!

Frat'boys : ils aiment pas les zombies et oui ils se donnent le droit d'éliminer les zombies. mais ils n'ont reçu cet ordre de personne, sauf si par ex, c'est une bande de mafieux dont le parrain a donné l'ordre à ses hommes de mains de s'attaquer aux zombies pour X raison (femme morte à cause d'un zombie, ou bien, il fait pas la différence entre un possédé et un zombie et il dit qu'il va éliminer cette charogne parce que ça n'a rien à faire là.) C'est essentiellement des ACTES DE VIOLENCE GRATUITE en fait, plus qu'un ordre venant du gouvernement. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Merci beaucoup pour ton accueil et tes compliments sur mon personnage :3. C'est une histoire dont je me suis déjà servie, mais elle a le mérite d'être la plus intéressante de tous les personnages que j'ai pu avoir, et, par conséquent, celle que j'affectionne le plus ! Bref.

Ah, concernant cette partie de mon histoire, je pense que je l'ai moi-même mal expliquée, car ce n'est pas comme ça que je pensais que ça serait compris o A o. En fait, quand je dis que Naoya s'en prend aux zombies, ce n'est pas parce que l'armée lui en a donné l'ordre : il agit de son propre chef, de son côté il joue les justiciers en gros XD.
Pour la différence entre les Possédés et les Zombies, je la comprends très bien maintenant que tu me l'as expliquée en détails, merci ! Mais, du coup, ce que moi je pensais faire pour Naoya, en clair ce serait que : Un jour Naoya a vu "quelqu'un" (un Possédé, pour le coup) s'en prendre à une personne tout à fait "normale" et cela lui aurait rappelé l'injustice de la guerre (et donc le décès de sa petite amie). Résultat, lui ne ferait pas la différence entre les Zombies et les Possédés qu'il mettrait tous dans un seul et même sac : celui de l'extermination.

Je ne sais pas si j'ai très bien expliqué mon idée, n'hésite pas à me faire redire les choses si ce n'est pas clair o A o.
Revenir en haut Aller en bas
Park Dae Jung
Little Crazy Potatoe Admin

avatar

IDENTITY CARD
Voir le profil de l'utilisateur
Oh d'accord !! je comprends mieux maintenant !!

Bon tant que ça reste quelque chose qu'il fait de son propre chef, alors ça me va xD Juste, ne tues pas trop de membres hein :148: XD Mais s'il ne fait pas la différence entre les Possédés et les Zombies alors ça marche, enfin.. en tout cas je n'y vois pas d'inconvénient o//

Et de rien concernant les précisions concernant les Zombies et les Possédés. Je sais très bien que ce n'est pas simple du tout à saisir et ce malgré les détails dans le sujet des groupes :39:

Bon. Normalement j't'aurais fait réécrire le passage en entier haha. Mais je ne vais pas t'embêter avec ça. Tes explications ici, suffisent ! Donc :




Well done ! Tu es validé !


Félicitations ! Te voilà validé !

Il ne te reste plus qu'à :

poster ta fiche de relation

Et le plus important, RP !


Have Nice Game on CSEMV !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


IDENTITY CARD
Non, ne t'inquiète pas pour les autres membres, le respect est de mise, il n'y aura aucun souci XD !

Merci pour la validation, je file faire ma fiche de liens !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


IDENTITY CARD
Revenir en haut Aller en bas
 

Heo Naoya ★ when precious things go away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Such a precious toy, boy you’ll be my foil. [Luce & Jim]
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CUM SPECTRIS ET MORTE VIVERE :: ✖︎ Every Things Ends Here ✖︎ :: Old Papers-